• Des articles sur Marthe Robin.
         

    wink2    
    Interview
    Le lit de Marthe Robin (26/02/15)
    Voici deux extraits d'une conversation entre le Père Pierre Vignon (le neveu du Père Fernand Vignon) et des membres de la famille de Marthe Robin qui a eu lieu en août 2014 (source : "Vénérable Marthe Robin", aux éditions "Un seul cœur" / 2014) : 
    1)-Extrait 1 : (le Père Pierre Vignon demande si Marthe Robin acceptait de répondre aux questions personnelles) Marthe ne répondait pas aux adultes, mais elle le faisait pour les enfants. Elle a dit par exemple à un enfant de Saint-Bonnet : "Mon lit, c'est un autel". L'adulte à qui elle a le plus répondu , c'est Jean Guitton.
    2)-Extrait 2
    : (le Père Pierre Vignon rapporte des propos concernant le lit de Marthe Robin) C'était très délicat de refaire son lit et changer sa chemise. Il fallait se mettre à plusieurs. Marie-Hélène (ndlr : la petite nièce de Marthe Robin) dit que c'est sa grand-mère, Gabrielle, qui était couturière, qui lui faisait faire des chemises et les oreillers. Elle prenait du lin très fin pour les faire. Les coutures étaient faites à la main d'une façon très fine pour que la peau très sensible de Marthe ne soit pas agressée.
        
    Paroles
    La situation dans l'Eglise / Ce que Dieu attend des prêtres / Le secret pour tenir le coup (25/02/15)
    Voici trois extraits du journal du Père Fernand Vignon (source : "Vénérable Marthe Robin", aux éditions "Un seul cœur" / 2014) : 
    1)-Extrait du 16 juillet 1969 :
    Nous avons parlé un peu à tour de rôle de la situation actuelle dans l'Eglise (...). Que faire devant tout ce désordre ? Elle dit : nous convertir nous-mêmes, mieux répondre encore aux appels du Seigneur. Et elle rappelle tous ces groupes qui prient, les âmes qui, dans le silence, se sacrifient.
    2)-Extrait du 15 décembre 1970 : Quand je dis : "Je ne sais ce que le Bon Dieu attend de moi", elle répond aussitôt : "La sainteté, rester uni au Christ, l'être de plus en plus".
    3)-Extrait du 30 avril 1972 : (ndlr : le Père Fernand Vignon demande à Marthe Robin comment elle fait pour tenir le coup, vu tout le travail qu'il y a à faire pour les Foyers de Charité) Ce qui me permet de tenir, c'est l'obéissance. C'est ce qui fait ma force, puisqu
    e ainsi je suis avec le Bon Dieu.
        
    Assomption
    La Sainte Vierge
    est-elle montée au Ciel avant ou après sa mort ? (23/02/15)
    A Medjugorje, la Sainte Vierge nous a dit qu'elle était montée au Ciel avant sa mort (il s'agit là d'un point sur lequel l'Eglise n'a pas encore tranché de manière officielle) : "Je suis la Mère de Dieu et la Reine de la Paix. Je suis montée au Ciel avant ma mort" (le 12/10/81).
    Marthe Robin pensait elle aussi cela. J'en veux pour preuve cet extrait du journal
    du Père Fernand Vignon (source : "Vénérable Marthe Robin", aux éditions "Un seul cœur" / 2014).
    Extrait du 23 août 1967 : Je lui ai dit (ndlr : à Marthe Robin) que j'étais allé en Terre Sainte, puis elle m'a interrogé sur la maison de la Sainte Vierge à Ephèse. A propos de la Sainte Vierge à Ephèse, nous parlons de la montée au Ciel vivante ou morte. Elle pense aussi qu'elle n'avait pas à mourir; mais elle tient au terme de Dormition : "Elle n'est pas montée au Ciel en marchant sur la route".
        
    Lien :
    Voir aussi cet article que j'ai écrit en 2006 (pour défendre la Dormition et, donc, l'idée que la Sainte Vierge n'est pas morte) >>
        

    Passion
    Les souffrances de la passion, l'action de Satan, les attentions de la Sainte Vierge... (17/02/15)
    Voici un extrait du journal du Père Fernand Vignon (source : "Vénérable Marthe Robin", aux éditions "Un seul cœur" / 2014) : 
    Extrait du 28 septembre 1947 : Au Foyer (ndlr : le Foyer de Châteauneuf-de-Galaure), j'arrive au moment où, devant une soixantaine de retraitants rassemblés, l'abbé Finet commence à parler de Marthe Robin.
    Il dit son enfance, où elle a déjà des grâces d'oraison, sa jeunesse, ses maladies, les interventions divines, celles de la Sainte Vierge pour lui apprendre à broder, afin qu'elle puisse gagner sa vie.
    Puis, en 1930, c'est la stigmatisation donnée par Notre-Seigneur apparu en croix; puis la couronne d'épines qu'il lui impose lui-même; puis la mise sur la croix, et, depuis la guerre, la passion pour ainsi dire continuelle et non plus seulement après les derniers jours de la semaine.
    La Sainte Vierge vient parfois recueillir ce sang qu'elle perd, ces larmes de sang du Christ en elle avec les anges des nations portant des coupes d'or où ils le recueillent pour aller, guidés par la Sainte Vierge, le répandre sur les nations.
    Le démon lui fait de plus en plus de misères, la secoue, la projette contre le meuble, la frappe quand, dans sa prière, elle recommande tel ou tel pécheur. Dernièrement, il lui a brisé deux côtes; il a voulu aussi la griller : la flamme a jailli l'atteignant au côté et au bras, mettant le feu à la chemise; Marthe a crié au secours vers la Sainte Vierge, qui a elle-même éteint l'incendie, mais Marthe avait des cloques au côté et au bras.
    La Sainte Vierge vient la visiter souvent, plusieurs fois par semaine, et longuement. Elle a pour elle toutes sortes d'attentions maternelles et l'appelle "mon trésor"...
    Notre-Seigneur aurait dit à Marthe que, en dehors de sa Mère, personne n'a autant souffert les souffrances de sa passion et que personne jamais, jusqu'à la fin des siècles, ne les souffrirait autant...

        
    Eucharistie 
    Marthe Robin et la communion (15/02/15)

    Voici un extrait du journal du Père Fernand Vignon (source : "Vénérable Marthe Robin", aux éditions "Un seul cœur" / 2014) : 
    Extrait du 17 septembre 1946 : On fait entrer la douzaine de personnes présentes (ndlr : dans la chambre de Marthe Robin). Elles s'agenouillent, et on récite le chapelet. Puis, je lui donne la communion et, aussitôt, c'est l'extase. Il n'y a pas eu de mouvement de déglutition; l'hostie, partie horizontalement quand je l'ai lâchée sur les lèvres, pénètre directement en Marthe, explique l'abbé Finet.
        
    Satan
    Les attaques de Satan
    (15/02/15) 
    Voici un extrait du journal du Père Fernand Vignon (source : "Vénérable Marthe Robin", aux éditions "Un seul cœur" / 2014) :
    Extrait du 8 novembre 1945 : Nous sommes revenus auprès d'elle (ndlr : auprès de Marthe Robin) avec l'abbé Finet réciter notre chapelet pendant qu'elle rentrait dans les souffrances de la passion. Ces plaintes haletantes, ces gémissements douloureux, parfois rauques quand le démon la projette contre le meuble voisin, le choc de cette pauvre tête contre le bois. Je dis : pourquoi ne pas mettre un coussin ? Parce que le démon alors lui met la tête contre le coussin et essaye de l'étouffer, ou bien fait taper la tête contre le meuble plus loin que le coussin. Un coussin, on en met un à terre de l'autre côté où sa tête vient battre parfois, mais, chose extraordinaire, sans que jamais elle ne tombe du lit...
        
    Citation
    Marthe Robin parle du communisme et de l'hitlérisme
    (15/02/15)
    Voici des propos de Marthe Robin qui sont tirés du journal du Père Fernand Vignon (source : "Vénérable Marthe Robin", aux éditions "Un seul cœur" / 2014) :
    Extrait du 4 mars 1943 : Le communisme ? Mais ce n'est rien auprès de l'hitlérisme. Oui, car dans le communisme, il y a encore un idéal, tandis que dans l'hitlérisme il n'y a plus rien; il prend la place de Dieu et s'oppose à toutes les valeurs chrétiennes, détruit tout, tue tout. Pas seulement les corps, mais les âmes. Pas seulement les autres, les ennemis; mais les siens. Il n'y a rien de pire que l'hitlérisme.


  • Quelques réflexions très personnelles sur les mystères lumineux du Rosaire.
        

        
    Réflexion
    UNE ASTUCE POUR COMMENCER LA RECITATION DES MYSTERES LUMINEUX (25/02/15)
    A Medjugorje, la Sainte Vierge nous a demandé de prier chaque soir le Rosaire (les Mystères Joyeux, Douloureux et Glorieux). Ce Rosaire quotidien, nous le commençons toujours en récitant le Credo, un Notre Père et trois Je vous salue Marie.
    Quand je récite les Mystères Lumineux, le matin, j'ai pris l'habitude de remplacer le Credo par l'invocation du Psaume 69 : "Dieu, viens à mon aide; Seigneur, à notre secours" (ce qui évite de dire le Credo deux fois dans le même Rosaire). Je trouve que cette petite astuce est assez pratique et je vous la signale au cas où elle vous intéresserait.
    Le Pape Jean-Paul II parle de cette possibilité dans sa lettre apostolique intitulée : "Le Rosaire de la Vierge Marie" (au paragraphe 37) :
    Dans la pratique courante, les manières d'introduire le Rosaire sont variées, selon les différents contextes ecclésiaux. Dans certaines régions, on commence habituellement par l'invocation du Psaume 69 : "Dieu, viens à mon aide; Seigneur, à notre secours", comme pour nourrir chez la personne qui prie l'humble conscience de sa propre indigence; dans d'autres lieux, au contraire, le Rosaire débute par la récitation du credo, comme pour mettre la profession de foi au point de départ du chemin de contemplation que l'on entreprend. Dans la mesure où elles disposent bien l'esprit à la contemplation, ces formes et d'autres semblables sont des usages également légitimes.

        
     
    Réflexion
    LES MYSTERES LUMINEUX DU ROSAIRE ET LA TOILETTE MATINALE (22/02/15) 
    Le matin, on commence généralement par faire un petit brin de toilette. Pour cette raison également, je trouve que c'est une bonne chose de prier les mystères lumineux du Rosaire le matin.
    En effet, le premier mystère lumineux est le Baptême de Jésus. Or, penser à ce moment où Jésus a été plongé dans le Jourdain est quelque chose qui s'harmonise bien, je trouve, avec la toilette matinale. C'est comme si l'on faisait une petite "toilette spirituelle", d'une certaine façon ! Essayez et vous verrez ! Ça fait un bien fou !
        

    Réflexion
    LES MYSTERES LUMINEUX DU ROSAIRE ET LE SACREMENT DE L'EUCHARISTIE (21/02/15)
    Comme nous le savons, les mystères lumineux du Rosaire se terminent par le mystère de l'Institution de l'Eucharistie. Pour cette raison, je trouve qu'il y a quelque chose de très beau à prier ces mystères chaque matin. En effet, cela nous permet de commencer notre journée juste après avoir médité sur le sacrement de l'Eucharistie... et c'est là une excellente manière de nous préparer à répondre à cet appel important que la Vierge nous a lancé à Medjugorje : "
    Je désire que la Sainte Messe soit pour vous le cadeau de la journée. Attendez-la, désirez qu'elle commence. Jésus lui-même se donne à vous pendant la Messe. Ainsi, aspirez à ce moment où vous êtes purifiés" (le 30 mars 1984).

        
    Réflexion
    LES MYSTERES LUMINEUX DU ROSAIRE ET LA VIE PROFESSIONNELLE (16/02/15)  
    Le 27 janvier 1984, la Vierge de Medjugorje a donné à la voyante Jelena des consignes concernant la prière du matin. Elle a dit notamment :
    "Et si c'est possible, il serait bon de prier un chapelet".
    Plus j'y pense, et plus je suis convaincu que ce chapelet du matin devrait être consacré aux mystères lumineux du Rosaire. En effet, les mystères lumineux sont une méditation de la vie publique de Jésus. Or, comment pourrions-nous mieux commencer notre journée qu'en pensant à ce que Jésus lui-même a fait pendant sa vie ?
     
        
    Medjugorje
    MARIJA ET IVANKA PARLENT DES MYSTERES LUMINEUX DU ROSAIRE (08/02/15)

    Voici un extrait d'une interview que la voyante Marija a accordée à Krésimir Sego dans son livre "A conversation with the visionaries" (2011 / traduit par mes soins à partir de la version anglaise).

    Pas à pas, la Gospa nous a invités et encouragés à prier le Rosaire - sa prière préférée. Avec une grande joie, nous avons commencé à prier les mystères Joyeux, Douloureux et Glorieux.

    Plus tard, la Gospa nous a encouragés à prier les quatrièmes mystères, les mystères Lumineux que le Pape Jean-Paul II nous a donnés.

    En priant le Rosaire, nous méditions et vivions la vie de Jésus.

    Peu de temps a passé, et la Gospa nous a demandé de prier le Rosaire chaque jour.
        
    Voici un extrait d'une rencontre avec Ivanka qui a eu lieu à Sacramento (en Californie, aux USA) le 15 mai 2010 (source : Forum de Sean Bloomfield / traduit par mes soins à partir de la version anglaise). 
    Une personne pose la question suivante à Ivanka : Et maintenant qu'il y a les mystères Lumineux du Rosaire, devons-nous prier les quatre mystères chaque jour ?
    La réponse d'Ivanka : "Bravo ! Si vous faites cela, c'est bien ! Continuez comme ça. S'il vous plaît, pensez à nous et à nos familles pendant que vous priez, et je prierai pour vous !"
    L'intégralité de la rencontre
    >> 
        
    Réflexion
    LES MYSTERES LUMINEUX DU ROSAIRE ETAIENT DANS LE PLAN DE LA VIERGE (07/02/15)
    Le Pape Jean-Paul II a introduit les mystères lumineux du Rosaire en 2002.
    Mais dès le 27 janvier 1984, la Vierge de Medjugorje a donné à la voyante Jelena des consignes concernant la prière du matin. Elle a dit notamment : "Et si c'est possible, il serait bon de prier un chapelet".
    Puis, le 8 octobre 1984, elle a dit à Jakov
    : "Priez le Rosaire chaque soir".
    En lisant ces deux messages (qui ont donc été donnés la même année), on peut se poser la question suivante : le fait que la Vierge ait demandé que l'on prie un chapelet le matin et le Rosaire le soir (alors même qu'il n'y avait que trois mystères) n'est-il pas un signe que les mystères lumineux du Rosaire étaient déjà dans son plan ? Autrement dit, cela n'est-il pas un signe que la Vierge souhaiterait que nous récitions les mystères lumineux le matin et les trois autres mystères (joyeux, douloureux et glorieux) le soir ?
     


  • Une petite réflexion de votre serviteur...
        
    Très régulièrement, nous voyons dans les médias que bon nombre de nos frères d'Afrique essayent de rentrer clandestinement en Europe en traversant la mer sur de petites embarcations, mettant ainsi leur vie en danger. Pourquoi font-ils cela ?
      
    Un jour, nous avons parlé de cette question avec un prêtre africain. Ce dernier m'a dit une chose qui m'a beaucoup interpelé.
    Il m'a dit qu'il ne fallait pas croire que tous les pays d'Afrique étaient pauvres. Certains d'entre eux ont même de grandes richesses (notamment au niveau des minerais, des pierres précieuses...).
        
    Le problème, c'est que ces richesses sont souvent contrôlées par les grandes puissances mondiales.
    Et quand il y a une élection dans l'un de ces pays, les grandes puissances soutiennent financièrement les candidats qui acceptent de faire leur jeu (c'est à dire des candidats qui, par exemple, vont accepter de vendre les richesses de leur pays au prix où les grandes puissances veulent les acheter).
       
    Et, "bizarrement", quand un chef d'état africain ose dire qu'il faut changer de méthode et qu'il faut faire passer les intérêts de son peuple avant ceux des grandes puissances, alors une révolution éclate dans son pays : des hommes se rassemblent, "trouvent" des armes et des moyens financiers, font un coup d'état... un peu comme si les grandes puissances essayaient de toujours maintenir à la tête de ces pays des gens qui leur sont soumis.
       
    En écoutant ce prêtre m'exposer sa vision des choses, je me suis dit ceci : ce qui pousse tant et tant de nos frères d'Afrique à essayer de rentrer clandestinement en Europe, et ce au prix de leur vie, c'est peut-être le sentiment profond que les pays riches leur ont volé quelque chose et qu'en Europe, ils pourront récupérer ce qui leur appartient...


  • Une petite réflexion de votre serviteur dans laquelle j'ai repris et regroupé certaines idées que j'avais publiées sur ce site en 2009.
        
    Autoriser le travail le dimanche, c'est enfreindre le 3ème des dix commandements de Dieu : "Observe le jour du sabbat pour le sanctifier" ainsi que le 1er des cinq commandements de l'Eglise : "Les Dimanches et les autres jours de fête de précepte, les fidèles sont tenus par l’obligation de participer à la Sainte Messe et de s’abstenir des oeuvres serviles" (article 2042 du CEC).
        

    En autorisant de plus en plus le travail le dimanche, la France envoie donc au Ciel un signal extrêmement négatif, et c'est là quelque chose de très grave.
    En 1846, lors de ses apparitions à La Salette, la Vierge Marie a pleuré parce que, justement, les gens travaillaient le dimanche.

        
    Ces dernières années, je trouve que les chrétiens de notre pays sont restés plutôt silencieux sur cette question et cela, à mon sens, montre bien à quel point nous n'avons pas encore compris toute l'importance de la vie intérieure.
    En effet, nous réagissons toujours très vite quand la vie physique est en danger (lois sur l'avortement, l'euthanasie...) et quand, de ce fait, le 5ème commandement est attaqué ("Tu ne commettras pas de meurtre"). Mais nous réagissons très peu quand la vie spirituelle est en danger (lois sur le travail le dimanche...) et quand, de ce fait, le 3ème commandement est attaqué ("Observe le jour du sabbat pour le sanctifier").
        
    C'est un peu comme si, à nos yeux, le 5ème commandement était plus important que le 3ème. Pourtant, le Catéchisme de l'Eglise Catholique nous dit bien : "Le Décalogue forme un tout indissociable. Chaque "parole" renvoie à chacune des autres et à toutes; elles se conditionnent réciproquement. Les deux Tables s’éclairent mutuellement; elles forment une unité organique. Transgresser un commandement, c’est enfreindre tous les autres" (article 2069 du CEC).
       
    Autoriser l'extension du travail le dimanche n'est pas quelque chose qui va attirer des bénédictions sur la France, c'est certain, car tout découle de la vie spirituelle.
    Et si l'on retire à Dieu le seul jour de la semaine qu'il s'est réservé (c'est là une part qui est déjà bien petite), que va-t-il rester ?

    A ce propos, saviez-vous qu'en Allemagne (pays que l'on cite souvent en exemple quand on parle d'économie) le droit au repos dominical est inscrit dans la Constitution ?
        
    Permettez-moi de terminer cet article en ajoutant une petite touche d'humour : en France, j'ai remarqué que les personnes qui s'opposaient le plus fortement au travail le dimanche étaient généralement les responsables syndicaux, c'est à dire des personnes qui appartiennent à des mouvements ou à des organisations qui, bien souvent, sont traditionnellement incroyants.
        
    En constatant cela, je me dis parfois que ce doit être assez “amusant”, pour Dieu, de savoir qu'Il peut toujours trouver chez nous quelqu'un pour Le défendre... y compris parmi les gens qui pensent qu'Il n'existe pas !


  • Je crois que si nous avions conscience de l'importance des prêtres et de la force de leur témoignage, nous ne passerions pas un dimanche sans en inviter un chez nous. Voici une histoire extraordinaire qu'un prêtre nous a racontée récemment, pendant un repas. Elle nous fait prendre conscience de l'importance des signes religieux.
       
    Un jour, ce prêtre devait se rendre dans un pays étranger en avion.
    Avant le décollage, une femme d'une cinquantaine d'années qui était assise devant lui a eu un moment de panique. Elle était complètement affolée et son mari, malgré l'aide des hôtesses, avait énormément de mal à la calmer.
    Comme c'est le cas pour beaucoup de personnes, cette femme avait très peur en avion.

       
    A un moment donné, elle s'est retournée et, voyant le col romain du prêtre qui se trouvait juste derrière elle, elle s'est écriée : "Oh ! Un prêtre !"
    C'est alors qu'elle a demandé aux hôtesses l'autorisation de changer immédiatement de place. En effet, elle voulait à tout prix venir s'installer à côté du prêtre car, là, elle sentait qu'elle serait en sécurité.
        
    Les hôtesses lui ont permis de changer et, dès lors qu'elle s'est retrouvée assise à côté du prêtre, elle a cessé d'avoir peur. Son voyage s'est même extrêmement bien passé.
      
    Ce voyage en avion, nous a dit ce prêtre, est un peu une métaphore de la vie ici-bas. Au cours de l'existence humaine, en effet, il y a toujours des moments difficiles à passer. Parfois même, on traverse des zones de fortes turbulences.
    Mais quand un prêtre est à nos côtés, alors on n'a rien à craindre car Jésus est avec nous.
        
    Lorsque, pendant le vol, les hôtesses sont passées parmi les passagers pour leur proposer d'acheter des choses à manger, la femme était tellement heureuse d'avoir retrouvé son calme qu'elle a dit au prêtre : "Prenez tout ce que vous voulez, c'est moi qui vous l'offre !"
    Le prêtre a conclu son récit par ce joli trait d'humour : "Ce jour-là, le col romain m'a aussi permis de bien manger !"