• Dans le prolongement de la lettre du Pape François du 1er septembre 2015 pour l'année de la Miséricorde (lettre dans laquelle il parle de l'avortement), voici deux messages de la Vierge de Medjugorje :
        
    Ce message a été donné fin 1993 :

    L'avortement est un grand péché. Vous devez beaucoup aider les femmes qui ont avorté. Aidez-les à comprendre que c'est un péché, invitez-les à demander pardon à Dieu et à se confesser. Dieu est prêt à tout pardonner, car sa miséricorde est immense. Chers enfants, je vous appelle à aider et à protéger la vie.
        
    Ce message est un message non-daté :
    L'avortement est un grand péché. Avorter c'est tuer ! Cependant, Dieu peut pardonner aussi ce péché, car il vous aime tous. Mais pour ce péché-là Dieu demande au père et à la mère de l'enfant de faire un grand sacrifice (ndlr : une grande pénitence). Cela est nécessaire.
        
    Lien :
    La lettre du Pape François (01/09/15) >>


  • Un extrait de l'éditorial de sœur Emmanuel, dans le Bulletin de Liaison des EDM n° 86 (automne 2008).

         

    (...) J'évoquais devant plusieurs couples italiens la nécessité d'être en état de grâce pour communier, et j'ai mentionné cet exemple : une personne qui porterait un stérilet ne peut pas communier (ni son mari s'il est consentant), car elle s'expose à des avortements.

    En effet, le stérilet évacue non pas l'ovule, mais l'œuf humain une fois qu'il est formé, donc lorsque l'âme de l'enfant est déjà là.
    C'est un avortement car il y a la mort d'un petit être humain.


  • A l'initiative d'une députée républicaine, Geanie Morrison, la chambre des représentants de l'état du Texas a voté la Baby Moses Law (la loi "Bébé Moïse") le 1er septembre 1999.
    Cette loi veut inciter les femmes qui souhaitent avorter à aller au terme de leur grossesse, et à donner ensuite leur enfant à un Safe Haven (c'est-à-dire une terre d'asile) qui peut être soit une clinique, soit une caserne de pompier, soit un commissariat de police…
    L'état prend alors en charge tous les frais jusqu'à l'adoption de l'enfant, et la mère, dont l'anonymat est préservé, ne court aucun risque d'être poursuivie en justice pour abandon.
    Cette loi a été adoptée par 46 états sur 50 (représentant 98% de la population américaine). Certains spécialistes affirment que des milliers d'enfants-à-naître ont pu être sauvés de cette manière. C'est très encourageant, même s'il est vrai qu'il y a quand même eu 8 millions d'avortements aux USA au cours de la même période !


  • Pour lire ce message, cliquez ici >>


  • Voici une information parue dans le journal catholique Zénit le 20 septembre 2005.
        
    Une expérience menée aux Etats-Unis montre que le fœtus pleure, indique la revue de presse de la fondation Jérôme Lejeune.

    Lors d'une étude sur les effets de la cigarette et autres drogues pendant la grossesse, conduite par le Dr. Gingras du Centre médical de Caroline, à Charlotte (Caroline du Nord) un phénomène a été trouvé par hasard.
    Le Dr Ed Mitchell de l'université d'Auckland (Nouvelle Zélande), participant aux recherches, a prouvé que le fœtus pouvait pleurer à partir de la 28e semaine.
    "Ce n'est pas une surprise de voir que le fœtus à cet âge a ce genre de comportement car nous savons que les enfants prématurés nés avant la 28e semaine de grossesse peuvent pleurer", dit-il, "mais cela n'avait jamais été observé".
    Lors de stimulations à l'aide de vibrations et ultrasons, les fœtus ont réagi en tournant la tête et en bougeant leur bouche, et ce, que leur mère prenne ou non de la drogue.
    Les travaux indiquent aussi que le fœtus est en mesure de pleurer avant 28 semaines. Les enfants nés avant terme, à 24 semaines, pleurent déjà. Dès 20 semaines de gestations le fœtus est complètement opérationnel pour crier, écrivent le Dr. Gingras et son équipe dans l'article publié dans le journal Archives of Disease in Childhood Fetal and Neonatal Edition.