• CAVALIER SEUL (LE DERNIER LUCKY LUKE)

    Cavalier seul, le 5ème "Lucky Luke" de l'ère post-Morris, vient de paraître.
    Achdé continue d'assurer la partie graphique et, pour le scénario, on retrouve le tandem de la précédente aventure : Daniel Pennac et Tonino Benacquista.
        
    Au niveau de l'histoire, on sent qu'il y a une vraie recherche d'originalité. 
    Après l'attaque manquée d'un convoi transportant de l'or, les frères Dalton se disputent : qui doit être le véritable chef du gang ?
    Les quatre bandits décident alors de tenter leur chance chacun de leur côté. Celui qui, le premier, gagnera un million de dollars deviendra le chef de la famille.
        
    Joe décide de rester dans le monde du banditisme et il braque des banques. William se lance dans le jeu et devient le propriétaire d'un grand casino. Jack, lui, fait de la politique et il est élu maire d'une grande ville. Averell, enfin, participe à la création d'une chaîne de restauration rapide.
        
    Tous les quatre sont corrompus, dans leurs domaines respectifs, mais Lucky Luke ne réussit jamais à les arrêter car ils bénéficient d'immunités spéciales. En fait, c'est Lucky Luke lui-même qui se retrouve en prison !
        
    A la fin, les quatre Dalton parviennent tous à réunir la fameuse somme d'un million de dollars. Chacun revendiquant alors le droit de devenir le chef de famille, il s'ensuit un terrible échange de coups de feu.
        
    A l'instar de ce qui s'était passé dans la précédente aventure, le dénouement est plutôt décevant.
        
    Du haut d'une église, Lucky Luke appelle les quatre frères à se réconcilier, mais ce beau sermon ne change rien. Finalement, c'est la venue de 'Ma Dalton qui solutionne tout : elle dit que Joe doit rester le chef car il est le pire de ses quatre enfants.
        
    Très honnêtement (comme ce n'est pas le cas de le dire !), cela fait un peu "léger" !
    A moins de voir en Lucky Luke l'image du prêtre qui appelle ses ouailles au pardon, et à moins de voir en 'Ma Dalton l'image de la Vierge Marie qui vient remettre de l'ordre dans les familles, il est très difficile de trouver dans cette fin quelque chose de "spirituel" qui rassasie vraiment l'âme du lecteur !