• ECHOS DES PAROISSES : Un filet qui ramène toutes sortes de poissons

    Des histoires intéressantes qui se sont passées dans nos paroisses…

       
    Homélie
    Un filet qui ramène toutes sortes de poissons (04/08/17)
    Récemment, au monastère des Clarisses, un prêtre franciscain a commenté le passage de l'Evangile dans lequel il est dit : "Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l'on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur le rivage, on s'assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien" (Matthieu 13, 47-48).
    Ce prêtre nous a dit ceci : "Ce n'est pas le poisson qui dit qu'il doit être accepté par le pêcheur et mis dans un panier. C'est le pêcheur qui, en REGARDANT le poisson, décide s'il faut le mettre dans un panier ou bien s'il faut le rejeter. Le pêcheur est juge, et non pas le poisson. Donc, si nous voulons être acceptés par Dieu, au jour du jugement, il est indispensable que Dieu puisse VOIR le bien en nous. Autrement dit, il est nécessaire qu'au cours de notre vie terrestre, notre foi se traduise en actes et qu'elle ne reste pas simplement des paroles".
        
    Homélie
    Une perle de grande valeur (30/07/17)
    Aujourd'hui, au monastère des Clarisses, un prêtre a commenté le passage de l'Evangile dans lequel Jésus nous dit que le Royaume des Cieux est comparable à une perle de grande valeur qu'un homme achète après avoir vendu tout ce qu'il possédait (Matthieu 13, 45-46).
    Il a dit notamment ceci : "Cette parabole peut être comprise de deux façons différentes. La perle peut représenter Jésus. L'acheteur, dans ce cas, c'est l'homme qui donne tout ce qu'il a pour le suivre. Mais la perle peut aussi représenter l'homme. Et l'acheteur, dans ce cas, c'est Jésus qui donne tout ce qu'il a - jusqu'à la dernière goutte de son sang - pour sauver l'homme".
        
    Homélie
    Moïse sauvé des eaux (18/07/17)
    Aujourd'hui, au monastère des Clarisses, dans son homélie, un prêtre a dit une chose très intéressante sur le passage de l'Ancien Testament où Moïse est mis dans une corbeille avant d'être recueilli par la fille de Pharaon (Exode 2, 1-15a) : "Avant de sauver son peuple, Moïse a d'abord été sauvé des eaux. De même, avant de nous sauver, Jésus a été sauvé d'Hérode".
        
    Action de grâce
    L'importance de l'action de grâce (15/05/17)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a attiré notre attention sur le fait qu'il était très important de remercier Dieu pour toutes les bonnes choses qu'il nous accordait dans nos vies.
    En effet, il arrive assez souvent que nous ayons l'impression que les choses se passent "naturellement bien", pour nous, et nous oublions alors de remercier Dieu. Dans ces cas-là, a dit ce prêtre, nous ressemblons à ceux qui adorent les idoles car nous nous adorons nous-mêmes : nous pensons que les bienfaits viennent de nous-mêmes alors qu'ils viennent de Dieu.
        
    Esprit Saint
    Il faut passer des rames à la voile ! (24/04/17)
    Ce matin, à la Messe, l'évêque de mon diocèse a fait une très belle homélie sur l'Evangile du jour (Jean 3, 1-8). Il a notamment commenté ces paroles de Jésus au Pharisien Nicodème : "Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit".
    L'évêque a dit qu'il ne suffisait pas d'être croyant pour être vraiment chrétien. Ce qu'il faut, surtout, c'est grandir dans la foi. En effet, on n'a pas la foi comme on a le permis de conduire. Il nous faut avancer, progresser.
    En ce qui concerne les paroles de Jésus sur le vent, il a dit qu'elles étaient une invitation à se laisser guider par l'Esprit Saint et à ne pas chercher à tout faire par soi-même. Autrement dit, il faut passer des rames à la voile ! C'est beaucoup plus rapide !
        
    Humour
    Ses disciples sont venus de nuit et l'ont dérobé pendant que nous dormions (21/04/17)
    Récemment, sur son site Internet, le Père Dominique-Fabien Rimaz a noté une chose amusante :
    Après la résurrection de Jésus, des gardes qui étaient devant le tombeau sont allés informer les grands prêtres que le tombeau était vide. L'Evangile nous dit ceci (au sujet des grands prêtres) : Ceux-ci, après s'être assemblés avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une bonne somme d'argent, avec cette consigne : "Vous direz ceci : "Ses disciples sont venus de nuit et l'ont dérobé pendant que nous dormions". Et si l'affaire vient aux oreilles du gouverneur, c'est nous qui l'apaiseront, et nous ferons en sorte que vous ne soyez pas inquiétés" (Matthieu 28, 12-14).
    Ce passage est vraiment très amusant. En effet, peut-on réellement voir quelque chose et être au courant de ce qui se passe autour de soi... quand on dort ??
        
    Homélie
    Si je parviens à toucher seulement son vêtement... (31/01/17)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a fait une très belle homélie sur le passage de l'Evangile qui raconte l'histoire de la femme qui avait des pertes de sang. Voici un extrait de ce passage : "Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans... - elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans avoir la moindre amélioration; au contraire, son état avait plutôt empiré - ...cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par-derrière dans la foule et toucha son vêtement. Elle se disait en effet : "Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée". A l’instant, l’hémorragie s’arrêta, et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal" (Marc 5, 25-29).
    Ce prêtre a dit que par notre baptême, nous étions devenu en quelque sorte ce "morceau du vêtement de Jésus". Pour beaucoup de gens, en effet, nous sommes l'unique lien entre Jésus et eux. C'est nous qu'ils voient, pas Jésus. C'est nous qu'ils touchent, pas Jésus. C'est nous qu'ils entendent, pas Jésus. Notre mission de baptisés est donc très grande.
        

    ARCHIVES : 1 / 2