• LA PRESENCE DE LA COMMUNAUTE "OASIS DE LA PAIX" A MEDJUGORJE

    En été 2012, à Medjugorje, il m'est arrivé une petite histoire "amusante".
    Un jour, je marchais autour de l'église Saint Jacques, à la recherche d'un prêtre français pour me confesser.
    A un moment  donné, j'ai vu un confessionnal sur la porte duquel il était signalé que le prêtre qui se trouvait à l'intérieur confessait en au moins trois langues : l'italien, l'anglais et le français (il y avait aussi une ou deux autres langues, mais je ne me souviens plus lesquelles).
        
    Ce confessionnal était facilement repérable : c'était l'un des nouveaux confessionnaux, celui qui était le plus près de l'écran géant.
        
    E
    n passant devant, sans savoir pourquoi, j'ai été saisi par un vif désir de me confesser auprès de ce prêtre. Il y avait quelque chose de très "doux" qui se dégageait de cet endroit; quelque chose de difficilement explicable.
    Mais comme il faisait extrêmement chaud et que plusieurs autres personnes attendaient devant moi, je ne suis pas resté.
        
    Le lendemain, l'une de mes amies m'a raconté l'histoire suivante : "Hier, je suis allée me confesser auprès de ce prêtre qui parlait plusieurs langues. Tu sais, il s'agit de celui qui se trouvait juste à côté de l'écran géant. Il a été extraordinaire avec moi. J'avais des choses très lourdes à porter et il m'a beaucoup aidée. Figure-toi que ce prêtre était le Père Gianni Sgreva, le fondateur de la Communauté Oasis de la Paix" (voir l'article ici >>).
        
    Après la confession, le Père Sgreva a dit à mon amie que sa Communauté était maintenant présente sur les cinq continents. En ce qui concerne la maison de Medjugorje, elle est fermée et elle n'accueille plus aucun pèlerin. Toutefois, une équipe restreinte (composée de membres de la Communauté) continue de rester sur place pour veiller sur le lieu.
        
    Le fait que la maison appartienne donc toujours à "l'Oasis de la Paix" nous laisse espérer que, peut-être, la Communauté reviendra un jour à Medjugorje (je ne sais pas, c'est moi qui dit cela).
    En tous les cas, en attendant que ce jour arrive (si c'est bien dans le projet de Dieu), sachez que le Père Sgreva vient encore de temps en temps à Medjugorje, qu'il y confesse et qu'il parle un excellent français !