• Une rubrique destinée aux non-croyants ainsi qu'à l'incroyant qui sommeille en chacun de nous.

        

        
    Citation
    SAINT THOMAS D'AQUIN NOUS PARLE DE CEUX QUI ONT LA FOI ET DE CEUX QUI NE L'ONT PAS (14/11/16)
    Une magnifique citation de saint Thomas d'Aquin : A celui qui a la foi, aucune explication n'est nécessaire. A celui qui n'a pas la foi, aucune explication n'est possible.
        
    Citation
    CE QU'EST UN NON-CROYANT (30/07/15)
    Lors d'une discussion sur les non-croyants, avec des amis chrétiens, j'ai noté cette parole prononcée par un prêtre : Un non-croyant, c'est une personne qui essaye de se convaincre elle-même qu'elle n'a pas de père.
       
     
    Medjugorje
    LA SAINTE VIERGE NOUS DIT QUE BEAUCOUP DE GENS PENSENT QU'ILS ONT LA FOI EN DIEU (27/04/15)
    Voici le message que la Sainte Vierge a donné à Mirjana le 2 octobre 2006 :
    Chers enfants, je viens à vous en ces temps pour vous adresser un appel à l'éternité. C'est un appel à l'amour. Je vous appelle à aimer, car c'est seulement par l'amour que vous arriverez à connaître l'amour de Dieu. Beaucoup pensent qu'ils ont la foi en Dieu et qu'ils connaissent ses commandements. Ils tentent de vivre selon ses lois, mais ils ne font pas ce qui est le plus important : ils ne l'aiment pas. Mes enfants, priez et jeûnez. Voilà le chemin qui vous aidera à vous ouvrir et à aimer. Seulement par l'amour de Dieu gagne-t-on l'éternité. Je suis avec vous. Je vous guiderai avec un amour maternel. Merci d'avoir répondu à mon appel.
        
     
    Medjugorje
    MIRJANA PARLE DE L'EXPRESSION "CEUX QUI N'ONT PAS ENCORE CONNU L'AMOUR DE DIEU" (08/05/14)

    Au cours du témoignage qu'elle a donné lors de la "All Yours Conference" du 29 mars 2014, la voyante Mirjana Soldo a parlé de cette expression que la Sainte Vierge emploie souvent dans les messages du 2 : "Ceux qui n'ont pas encore connu l'amour de Dieu". Voici ce que Mirjana a dit (info : Cathy Nolan / traduit par mes soins à partir de la version anglaise) :
    Les apparitions du 2 du mois sont pour les incroyants. Notre Mère, la Sainte Vierge, ne dit jamais les incroyants, parce que quand vous dites à quelqu'un : "Tu es un incroyant", vous portez un jugement. Vous jugez ces personnes. Mais elle, elle ne juge jamais.
    Elle dit toujours : "Ceux qui n'ont pas encore ressenti l'amour de Dieu".
    Et elle nous demande notre aide. Quand elle dit "notre", elle ne veut pas dire simplement "celle des six voyants". Elle veut dire "l'aide de tous ceux qui la ressentent comme Mère", parce que la Sainte Vierge a dit que nous pouvions changer les incroyants. Mais seulement à travers notre prière et notre exemple.
    Elle veut que dans notre prière quotidienne, nous mettions notre prière pour eux à la première place.
    La Sainte Vierge dit que la plupart des mauvaises choses qui se passent dans le monde - comme les guerres, les divorces, la drogue, l'avortement... -, toutes ces choses viennent des incroyants, de ceux qui ne connaissent pas l'amour de Dieu.
    Et elle a dit : "Mes chers enfants, quand vous priez pour eux, vous priez pour vous-mêmes et pour votre futur".
    Elle nous demande de donner l'exemple. Elle ne veut pas que nous prêchions mais que nous parlions avec nos vies, et que les incroyants puissent voir Dieu et l'amour de Dieu en nous.

        
    Témoignage

    L'HISTOIRE DU BILLET DE 500 EUROS (31/01/14)
    Un jour, c'était aux alentours du 25 décembre, je m'occupais de la caisse d'une communauté Emmaüs de ma région.
    A un moment donné, un client arrive pour payer ses tickets et, là, il me tend un billet de 500 euros.
    Avoir un billet de 500 euros entre les mains, ça fait une impression très bizarre. C'est un peu comme un "vertige" qui vous saisit intérieurement car on se dit immédiatement : "Et si ce billet était un faux ?" 
    Mais, à un moment donné, si l'on ne veut pas rester "paralysé" et bloquer ainsi toute la file d'attente, il faut impérativement faire un acte de foi pour avancer, acte qui peut ressembler à un grand saut dans le vide, un grand saut dans la confiance.
    Et cela n'est pas facile. En effet, après que le client soit parti et que le "rush" se soit calmé, j'ai montré ce billet à plusieurs compagnons et bénévoles qui m'ont tous demandé la même chose : "Es-tu bien certain que ce n'est pas un faux billet ?"
    Cette petite expérience amusante m'a inspiré la définition suivante de la foi : "La foi est un grand saut dans la confiance, un saut dont la hauteur est directement proportionnelle à la grandeur du doute que peut soulever en nous une chose importante ou étonnante en laquelle on nous demande de croire".
    Pour la petite histoire, je précise que le billet n'était pas faux !

        
    ARCHIVES 1 / 2
        
    Liens :
    Deus Caritas est >>
    Le temps des secrets
    >>

    Dieu existe-t-il ? (Totus tuus)
    >>


  • Voici le témoignage que la doctoresse Darinka Glamuzina a donné le 6 octobre 2015 à Medjugorje, dans la salle Jean-Paul II (source : Cathy Nolan / traduit par mes soins à partir de la version anglaise).
        
    Note : Le 29 juin 1981, une doctoresse qui avait été envoyée par les communistes auprès des voyants a posé une question à la Sainte Vierge par l'intermédiaire de Vicka : "Puis-je toucher Notre Dame ?" La Vierge a alors répondu : "Il y a toujours eu des Judas, mais elle peut approcher". Par la suite, Darinka Glamuzina s'est convertie et elle est devenue aujourd'hui une grande ambassadrice des messages de Medjugorje.
        
    Medjugorje
    15-LES VOYANTS DE MEDJUGORJE
        
    a)-Je crois vraiment que les voyants sont des apôtres, qu'ils sont des apôtres d'aujourd'hui à qui Dieu a donné d'être des médiateurs pour que l'humanité reçoive les messages. Ils sont authentiques, spontanés. Ce sont de bons êtres humains.
    Parfois, ils sont tellement fatigués qu'ils ont besoin de s'arrêter un peu. Ils ont besoin que nous, dans nos cœurs (nous qui les sollicitons toujours), nous leur donnions quelque chose en retour. Il nous faut comprendre qu'ils sont eux aussi des êtres humains, qu'ils ont des conjoints, des enfants... et qu'il est très difficile d'être les témoins de Dieu et d'avoir une famille.
    Il est très difficile de rester toujours pur et, parfois, il y a un peu de poussière sur eux. Mais nous devrions comprendre que leur âme n'a rien perdu de son authenticité.
    C'est pourquoi je pense que nous devrions tous nous aider les uns les autres. Je crois vraiment que Notre Seigneur nous a réunis aujourd'hui. Merci beaucoup.
       
    (fin)
        
    ARCHIVES >>


  • Extrait de l'encyclique "Deus Caritas est" : Celui qui pratique la charité ne cherchera jamais à imposer aux autres la foi de l'Eglise. Il sait que l'amour, dans sa pureté et sa gratuité, est le meilleur témoignage du Dieu auquel nous croyons et qui nous pousse à aimer. Le chrétien sait quand le temps est venu de parler de Dieu et quand il est juste de Le taire et de ne laisser parler que l'amour. Il sait que Dieu est amour (1 Jn, 4, 8) et qu'il se rend présent précisément dans les moments où rien d'autre n'est fait sinon qu'aimer.


  • A Medjugorje, la Vierge nous a souvent dit qu'il fallait évangéliser par l'exemple plus que par les mots. Dans le prolongement de cette recommandation importante, voici un petit épisode très intéressant de la vie de Saint François d'Assise. Il est tiré du livre "François d'Assise", du père Jean Pihan. Saint François pensait même que l'exemple, le témoignage sont une meilleure prédication que le discours. On raconte qu'un jour il emmena avec lui un frère à travers les rues en lui disant : "Viens, nous allons prêcher". Et les deux frères parcoururent toute la ville, sans s'arrêter, priant silencieusement. Lorsqu'ils furent de retour, le frère dit à François : -"Mais quand donc prêcherons-nous ?" -"Nous avons prêché ", répondit François. "Les gens nous ont vu dans notre pauvre costume de Frère Mineur, ils nous ont vu prier. C'est suffisant pour leur faire penser au salut de leur âme".


  • Voici une petite histoire vraie qui, je l'espère, va redonner le moral à tous ceux qui souffrent de ne pas pouvoir convaincre leurs proches de l'authenticité des apparitions de Medjugorje.
        
    L'adhésion à la foi chrétienne est quelque chose de très mystérieux. Qu'est-ce qui fait qu'une personne est ouverte aux mystères de la religion et l'autre fermée ? Nul ne peut le dire. Ce qui se passe à l'intérieur de l'être humain, en effet, nous dépasse totalement. En ce qui concerne le cas précis de Medjugorje, j'ai dans mon entourage une amie qui a été très longue à s'ouvrir à ces apparitions. Pendant des années, elle est restée extrêmement sceptique. J'avais beau lui sortir régulièrement tout mon "arsenal" d'arguments "imparables" (Lucie, la voyante de Fatima, y croit; Jean Paul II y croit; des miracles s'opèrent en très grand nombre chaque jour; la communauté des Béatitudes y consacre une grande partie de son apostolat avec l'accord du Vatican…), rien n'y faisait ! Elle trouvait toujours un moyen de me contrer (Lucie et le Pape sont âgés, ils peuvent se tromper; l'Eglise peut faire des erreurs elle aussi; le fait que les Béatitudes s'y intéressent ne prouve rien…).
    Puis, un jour, le miracle a eu lieu. Cette amie s'est convertie à Medjugorje. La manière dont cela s'est produit est tellement inattendue que je vous mets au défi de découvrir ce qui s'est passé. En fait, la "lumière" a jailli en 2002, au moment des élections présidentielles en France. En écoutant un reportage sur un homme politique qu'elle aimait bien, sur France-info, mon amie a appris que l'épouse de ce dernier était très proche de la communauté des Béatitudes et connaissait Medjugorje. Immédiatement, ça a fait "tilt" dans son esprit. Elle s'est dit : "Puisque la femme de cet homme en qui j'ai confiance y croit, alors je peux y croire moi aussi !" Et, dès lors, elle y a cru ! Vous voyez, chers amis internautes, la vie est vraiment extraordinaire et, c'est sûr, pleine de surprises : aujourd'hui, ce ne sont ni les animateurs pastoraux, ni les diacres, ni les prêtres, ni les évêques qui conduisent les gens à Medjugorje… mais ce sont les hommes politiques ! Avouez qu'il y a de quoi en perdre son latin !