• SAINT THOMAS, PRIEZ POUR NOUS ! (réflexion sur l'Eglise et sur Medjugorje)

    Une petite réflexion de votre serviteur...
         
    1-Si l'Eglise dit "oui" à Medjugorje, je ne pense pas que les opposants pourront dire : "J'y crois" tout de suite.
    Avec les lèvres, ils le pourront peut-être. Mais pas avec le cœur. En effet, il ne leur sera pas possible de faire un virage spirituel à 180° en un clin d’œil (surtout après 34 ans d'opposition !).
    Il leur faudra un certain temps avant d'accepter la nouvelle.
         
    2-Personnellement, je ne serais pas surpris que beaucoup d'entre eux se disent ceci au fond de leur cœur : "J'ai tellement cru que ces apparitions étaient fausses que pour que cette idée disparaisse totalement et définitivement de mon cœur, il faudrait que je vois les fameux secrets se réaliser".
         
    3-Si l'Eglise dit "non" à Medjugorje, il y aura le même problème. En effet, je ne pense pas que les partisans (les plus convaincus, du moins) diront : "Je n'y crois pas".
    Avec les lèvres, ils le pourront peut-être. Mais pas avec le cœur. En effet, il ne leur sera pas possible, à eux non plus, de faire un virage spirituel à 180° (surtout après 34 ans passés avec la Vierge !).
    Ils auront eux aussi besoin d'entrer dans un temps d'attente et de prière.
         
    4-Personnellement, je suis certain que la plupart d'entre eux se diront ceci au fond de leur cœur : "J'ai tellement cru que ces apparitions étaient vraies que pour que cette idée disparaisse totalement et définitivement de mon cœur, il faudrait que les fameux secrets ne se réalisent pas".
         
    5-Dans la vie en Eglise, il peut parfois arriver qu'un fidèle ne puisse pas adhérer tout de suite à une chose que l'Eglise lui dit. C'est ainsi. Oh, cela n'est pas très étonnant ! C'est arrivé à l'époque des premiers chrétiens! En effet, comme nous nous en souvenons, saint Thomas n'a pas cru l'Eglise quand cette dernière lui a dit que Jésus était vraiment ressuscité. Il a eu besoin d'une preuve tangible; il a eu besoin de mettre lui-même ses doigts dans les blessures de Jésus avant de pouvoir s'écrier : "Mon Seigneur et mon Dieu !" (Jean 20, 28)
         
    6-Et ce qui est absolument fantastique, avec Thomas, c'est que l'Eglise ne l'a pas rejeté. Au contraire, elle l'a toujours regardé comme l'un de ses enfants. Elle l'a accompagné et, chose merveilleuse, elle l'a même déclaré saint ! Cela veut dire qu'au cœur même des blocages les plus profonds, Dieu peut ouvrir un chemin de sainteté !! Quelle merveille !! Quelle merveille !!!
         
    7-En ce temps où tout va très vite, la question que je me pose est la suivante : quelle que soit la décision du Pape au sujet de Medjugorje, aurons-nous la même patience les uns avec les autres ? Oui, aurons-nous la même patience que celle que les premiers chrétiens ont eu avec saint Thomas ? Y aura-t-il ce même climat de respect, de silence, d'attente et de prière ? Saurons-nous laisser le temps au temps ? Saurons-nous entendre cet appel de Dieu qui nous dit : "Priez les uns pour les autres et les uns avec les autres" ?