• Une rubrique entièrement consacrée à la sainteté.
        

        
    Mère Teresa
    LA MAMAN DE MERE TERESA (14/04/17)
    Voici un article qui est paru dans la lettre mensuelle de soeur Emmanuel du 13 avril 2017 :
    Etant enfant, Mère Teresa était à bonne école avec sa mère à Skopje (en Albanie).
    A la maison, lorsqu'un des 3 enfants murmurait contre un professeur ou une autre personne, la mère coupait tout de suite l'électricité. Elle expliquait alors qu'elle ne voulait pas payer l’électricité pour des enfants qui disaient du mal des autres.
        
    Dans son style très direct, Mère Teresa, qui avait capté la leçon, projetait la lumière là où le péché de jugement blessait l'amour fraternel.
    Quelques exemples : "Il est préférable d'excuser que d'accuser", "Si vous jugez quelqu'un, alors vous n'avez pas le temps de l'aimer."
    Et devant quelqu'un qui décrivait la corruption qui sévissait à Calcutta, elle s'exclama : "Je sais très bien qu'il y a de la corruption à Calcutta ! Mais je sais aussi qu'il y a du bien, et j'ai choisi de voir le bien !"
        
    Concernant les insultes, elle disait : "Si quelqu'un vous accuse, demandez-vous : A-t-il raison ? S'il a raison, allez lui demander pardon. S'il se trompe, alors saisissez à pleines mains l'insulte que vous avez reçue. Ne la lâchez pas mais saisissez l'occasion et donnez-la à Jésus comme un sacrifice. Réjouissez-vous d'avoir quelque chose de valable à lui offrir".
        
    Elle pratiquait elle-même tout cela et elle allait jusqu'à dire : "Il y a un péché que je n'ai jamais eu à confesser, celui d'avoir jugé quelqu'un".

        
    Citation
    LA MEILLEURE FORMATION (15/11/16)
    Voici une très belle phrase lue sur le site Internet de CapMissio (l'école d'évangélisation de Montpellier fondée par Mgr Carré et le Père René-Luc) : La meilleure formation, c'est la transformation.

        
    Citation
    LE PAPE EMERITE BENOÎT XVI NOUS PARLE DE LA SAINTETE
    (04/07/16)
    Voici une citation du Pape Benoît XVI : "La sainteté ne consiste pas à ne jamais s'être trompé, à n'avoir jamais péché. La sainteté grandit dans la capacité de conversion, de repentir, de disponibilité à recommencer, et surtout dans la capacité de réconciliation et de pardon".
        
     
    Citation
    LE MONDE A BESOIN DE SAINTS QUI AIENT DU GENIE (21/07/15)
    Voici une citation de Simone Weil (la philosophe et non pas la femme politique) qui figure dans le livre du Père Marie-Michel : "L'amour ne peut mourir".
    Aujourd'hui, il faut une sainteté nouvelle, sans précédent. Un type nouveau de sainteté, c'est un jaillissement, une invention. La mise à nu d'une large portion de vérité. Et de beauté jusque-là dissimulée par une couche épaisse de poussière. Il y faut plus de génie qu'il n'en a fallu à Archimède pour inventer la physique. Une sainteté nouvelle est une invention plus prodigieuse. Pour recevoir du génie, il suffit de demander au Père. Demande à faire tous les jours comme un enfant demande du pain. Le monde a besoin de saints qui aient du génie comme une ville où il y a la peste a besoin de médecins.

        
    Citation
    LE BIENHEUREUX PAPE PAUL VI NOUS DIT OU SE TROUVE LA GRÂCE DE DIEU (28/06/15)
    Chers amis, voici une très très très belle citation du Bienheureux Pape Paul VI (à méditer à tout moment et sans modération) : La pureté intéresse tout l'être; elle a une valeur vitale; elle pénètre l'esprit et, aussi, le corps. La pureté représente l'équilibre, l'harmonie entre l'esprit et la chair, entre l'âme et le corps, entre la raison et l'instinct, entre la volonté et la passion. L'âme pure, c'est à dire le chrétien pur, a au-dedans de soi cette hiérarchie, au sommet de laquelle est la grâce de Dieu.

        
    Vie des saints
    POURQUOI SAINT MARTIN DE TOURS A-T-IL DONNE SEULEMENT LA MOITIE DE SON MANTEAU A UN PAUVRE ? (14/05/15)
    Nous connaissons tous l'histoire de saint Martin de Tours (317-397) qui était officier dans l'armée romaine et qui, un jour, a donné la moitié de son manteau à un pauvre qui avait froid.
    Par la suite, c'est sur ce manteau que les rois de France, les Mérovingiens et les Carolingiens, ont prié et prêté serment.
    Mais pourquoi saint Martin a-t-il donné seulement la moitié de son manteau au pauvre, et non pas le manteau tout entier ?
    Voici un extrait du livre d'Henri Berger "Je suis converti" (aux éditions : "Rassemblement à Son Image") qui va nous permettre de répondre à cette question :
    Il y a trois choses à remarquer dans ce geste de saint Martin. La première, c'est le respect du bien d'autrui : il n'a donné que la moitié de son manteau car, dans l'armée romaine, celle-ci possédait la moitié des équipements des officiers, le reste étant à leur charge.
    Deuxièmement, c'est le rappel de la scène du jugement dernier : ce que vous ferez à l'un des petits d'entre mes frères, c'est à moi que vous l'aurez fait.
    La troisième chose, c'est que Martin a vu un reproche dans la parole du Christ : il n'est "encore qu'un catéchumène". C'est pourquoi il fait un effort pour se présenter le plus tôt possible au baptême.
        
     
    Vie des Saints
    DON BOSCO ET LE CELEBRE MIRACLE DES 300 JEUNES PRISONNIERS DE TURIN (11/01/15)
    Voici un extrait de la vie de Don Bosco qui est tiré du livre du Père Gaston Courtois : "Jean Bosco, l'ami des jeunes".
    Parmi les jeunes de Turin, il y en avait pour qui Don Bosco se sentait une pitié et un attachement particuliers. C'était les prisonniers répartis au nombre de trois cents dans les diverses prisons de la ville (...).
    Emu de les voir prendre leurs courtes récréations dans des cours sans soleil, il résolut de leur procurer une bonne journée de grand air et de liberté (...).
    A cette proposition audacieuse, le directeur des prisons s'écria : "Mais voyons, ce que vous demandez là est impossible. Jamais cela ne s'est fait. Et puis, il vont tous s'échapper..." (...)
    Sans se troubler, Don Bosco demanda une audience au ministre Urbain Rattazzi. Ce dernier admirait beaucoup Don Bosco. Il trouva sa proposition un peu étrange mais, désireux de lui être agréable, il lui dit : "Choisissez votre jour. Je vous donnerai les forces de police nécessaires pour encadrer tous ces vauriens".
    -"Non, Monsieur le Ministre, répondit Don Bosco, je ne veux personne. C'est la liberté tout entière que je vous réclame pour eux pendant toute la journée. Je vous promets de les ramener au complet pour le soir".
    Devant une telle affirmation, le ministre répondit : "Faites comme vous voudrez". Et il donna une autorisation en règle (...).
    C'est ainsi qu'un beau matin, les portes des prisons s'ouvrirent et que les trois cents garnements, rayonnants de joie, s'en furent à travers la campagne, sous la seule conduite de Don Bosco.
    Un âne portait le déjeuner que l'on devait manger sur l'herbe. Don Bosco organisa des jeux et raconta de belles histoires.

    Ils étaient tous tellement heureux que, pour manifester leur reconnaissance, ils l'obligèrent à monter sur l'âne. Ils agitaient devant lui des bouquets de feuillage qu'ils avaient cueillis. Et Don Bosco rentra au milieu d'eux comme Jésus le jour des Rameaux.
    Personne ne manquait à l'appel. Les gardiens n'en croyaient pas leurs yeux.
    Evidemment, pour réussir des coups comme cela, il faut être un saint ! 
     

        
    ARCHIVES >>


  • Pour stimuler notre foi, notre espérance et notre charité, voici des témoignages de gens qui ont réussi à surmonter des problèmes extrêmement difficiles.
        

        
    Musique
    Le guitariste Tony Melendez (16/12/16)
    C'était en septembre 1987. Il n'y a rien d'autre à dire.
    Il suffit tout simplement de regarder les images. Ce témoignage extraordinaire a profondément touché le Pape Jean-Paul II >>

        
     
    Témoignage
    Les deux fois où l'on a dit à l'abbé Pierre que tout était terminé, fini (04/02/14)
    Le Père Jean-Marie Viennet (l'ex-secrétaire général d'Emmaüs International) et René Poujol (l'ancien directeur de la rédaction de Pèlerin) viennent d'écrire un livre intitulé : "Le secret spirituel de l'abbé Pierre" (aux éditions Salavator).
    Récemment, lors d'une interview que les deux hommes ont accordée à Pèlerin (voir le numéro du 30 janvier 2014), René Poujol a raconté l'histoire suivante :
    Par deux fois dans sa vie, on lui a dit que tout était terminé, fini. La première vers l'âge de 30 ans, quand il quitte les Capucins à cause du mode de vie monastique trop dur et de sa santé trop fragile. La seconde, peu après l'appel de l'hiver 1954 qui déclenche une véritable insurrection de la bonté. L'abbé Pierre n'était pas du tout préparé à cela et l'on peut dire qu'il a craqué, à tel point qu'en 1957-1958, il a dû être soigné, en Suisse, en hôpital psychiatrique. Les médecins lui annoncent alors : "Il faut vous résigner, vous ne pourrez plus jamais rien faire". On connaît la suite ! La vie de l'Abbé Pierre, c'est cela : une capacité à dépasser l'échec en puisant dans sa foi en Christ la ressource pour aller plus loin, jusqu'au bout (et le Père Jean-Marie Viennet d'ajouter à ce que vient de dire René Poujol : Une sorte de miracle, oui, c'est le sens du signe qu'il nous laisse : ne jamais baisser les bras, même avec les moyens les plus faibles).
         
    Témoignage
    Le témoignage de Lizzie Velasquez ("I choose to be happy")
     (16/11/13)
    Ce témoignage de Lizzie Velasquez, qui est âgée de 24 ans, est tout à fait bouleversant. Merci, Lizzie, pour ce moment extraordinaire. Extraordinaire et inoubliable. Et bravo ! Bravo !! Bravo !!! A découvrir ici (en anglais) >>
             
    Reportage
    Michel Pouzol, le sans-abri devenu député (17/09/13)
    Extraordinaire témoignage que celui de Michel Pouzol. Après avoir connu les pires galères (petits boulots, chômage, RMI, perte du logement...), il est devenu député. Ce reportage est passé au journal de 20h de France 2 le 16 septembre 2013. Fabuleux ! >>
        
    Documentaire
    Les routes de l'impossible (13/08/13)
    Si vous recherchez un programme TV qui puisse vous stimuler puissamment sur le long et difficile chemin de la sainteté, je vous suggère la série de documentaires "Les routes de l'impossible" (France 5).
    Bien qu'ils ne soient pas en lien avec la religion au sens fort du terme, les reportages parlent de gens qui doivent emprunter des routes impossibles pour se déplacer (dans le cadre de leur travail, par exemple).
    C'est à chaque fois une grande leçon de vie, pour nous, et une formidable incitation à avancer contre vents et marées.
    A découvrir sur You Tube (le documentaire consacré à Madagascar est très bien fait) >>
        

    ARCHIVES >>

        

    Liens :
    Entrer dans la vie >>

    Trésors de l'Eglise >>
    Avec toi sur la Croix >>


  • Des textes divers écrits par des saints...
        

    wink2     
    Pentecôte
    Saint Cyrille d'Alexandrie nous explique pourquoi la Pentecôte est venue après l'Ascension (extrait d'un commentaire sur l'Evangile de Jean / source : le "Livre des Jours")
    Le moment le plus indiqué et le plus opportun pour l'envoi de l'Esprit et sa venue en nous était celui où le Christ notre Sauveur nous quitterait.
    En effet, aussi longtemps qu'il demeurait dans la chair auprès des croyants, il leur apparaissait, je crois, comme le donateur de tout bien. Mais lorsque viendrait le moment où il devrait monter vers son Père des cieux, il faudrait bien qu'il soit présent par son esprit auprès de ses fidèles, qu'il habite par la foi dans nos cœurs. Ainsi, le possédant en nous-mêmes, nous pourrions crier avec confiance : Abba, Père, nous porter facilement vers toutes les vertus et, en outre, montrer notre force invincible contre tous les pièges du démon et toutes les attaques des hommes, puisque nous posséderions l'Esprit tout-puissant.
        
    Eglise
    Saint Jean Chrysostome nous parle de la naissance de l'Eglise (extrait d'une catéchèse baptismale / source: le "Livre des Jours")
    Et il jaillit de son côté de l'eau et du sang. Ne passe pas avec indifférence, mon bien-aimé, auprès du mystère. Car j'ai encore une autre interprétation mystique à te donner. J'ai dit que cette eau et ce sang étaient le symbole du baptême et des mystères. Or, l'Eglise est née de ces deux sacrements : par ce bain de la renaissance et de la rénovation dans l'Esprit, par le baptême donc, et par les mystères. Or, les signes du baptême et des mystères sont issus du côté. Par conséquent le Christ a formé l'Eglise à partir de son côté, comme il a formé Eve à partir du côté d'Adam.
    Aussi saint Paul dit-il : Nous sommes de sa chair et de ses os, désignant par là le côté du Seigneur. De même en effet que le Seigneur a pris la chair dans le côté d'Adam pour former la femme, ainsi le Christ nous a donné le sang et l'eau de son côté pour former l'Eglise. Et de même qu'alors il a pris de la chair du côté d'Adam, pendant l'extase de son sommeil, ainsi maintenant nous a-t-il donné le sang et l'eau après sa mort.
        
    Avortement
    Mère Teresa nous dit que le plus grand destructeur de la paix aujourd'hui est l'avortement
    (extrait du discours qu'a prononcé Mère Teresa quand elle a reçu le Prix Nobel de la paix, le 10 décembre 1979 / source : site sur Mère Teresa)
    Le plus grand destructeur de la paix, aujourd'hui, est le crime commis contre l'innocent enfant à naître.
    Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu'est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ?
    L'Écriture déclare elle-même : "Même si une mère peut oublier son enfant, moi, je ne vous oublierai pas. Je vous ai gardés dans la paume de ma main".
    Même si une mère pouvait oublier... Mais aujourd'hui on tue des millions d'enfants à naître. Et nous ne disons rien. On lit dans les journaux le nombre de ceux-ci ou de ceux-là qui sont tués, de tout ce qui est détruit, mais personne ne parle des millions de petits êtres qui ont été conçus avec la même vie que vous et moi, avec la vie de Dieu. Et nous ne disons rien. Nous l'admettons pour nous conformer aux vues des pays qui ont légalisé l'avortement. Ces nations sont les plus pauvres.
        
    ARCHIVES >>


  • Une petite pensée de votre serviteur (à prendre avec un certain humour).
        
    Les gens qui font le plus d'audience, sur cette terre, ce ne sont pas ceux que l'on voit dans les médias et qui attirent sur eux et sur leurs oeuvres le regard des gens du monde entier.
        
    Les gens qui font le plus d'audience, sur cette terre, ce sont ceux qui - même inconnus - s'efforcent de devenir saints et qui attirent sur eux et sur leurs oeuvres le regard des milliards et des milliards de saints et d'anges qui peuplent le Paradis.


  • Un texte de votre serviteur (le titre est un clin d'oeil au film de Nils Tavernier : "L'odyssée de la vie", qui est sorti en 2005).
        

        
    Lorsqu'un Saint meurt, on dit qu'il "naît au ciel".

    A ce propos, rappelons-nous ces superbes paroles que la Vierge de Medjugorje a prononcées le 25 novembre 2000, le lendemain même de la mort du Père Slavko Barbaric : "Je me réjouis avec vous et je désire vous dire que votre frère Slavko est né au Ciel et qu'il intercède pour vous".
    Quelle joie il doit y avoir, au Paradis, le jour d'une telle naissance !
        
    Sur la Terre, par contre, les choses sont un peu différentes.
    En effet, avant qu'elle prenne le "nouveau-né" dans ses bras et le montre à toute la famille humaine, l'Eglise - qui est notre Mère - doit passer par un temps qui fait un peu penser à un "accouchement". Ce temps correspond à la durée de l'enquête qui précède une canonisation.
        
    Parfois, il arrive que l'accouchement soit long et douloureux.
    Lisons attentivement la vie des Saints et voyons toutes les difficultés que l'Eglise a rencontrées avant d'élever certains d'entre eux au rang des autels !
    Dans certains cas, il y a eu de très longs débats, des hésitations, des blocages, des reculs, des retournements de situations...
    Mais, finalement, l'Eglise a toujours su discerner la vérité car elle est l'épouse de Celui-là même qui est la Vérité.
        
    Pour une apparition mariale, les choses sont assez semblables.
    Avant de dire que telle ou telle apparition trouve son origine en Dieu, l'Eglise a besoin de temps. Elle a besoin de réfléchir et d'étudier en profondeur tous les éléments dont elle dispose.
    Il ne faut donc pas s'étonner si, parfois, il y a des problèmes. Cela est normal. Un enfant vient rarement au monde sans que sa mère n'ait à endurer quelques souffrances !
    L'essentiel est que la grossesse arrive à son terme, que la vie puisse jaillir et que l'on entende enfin le cri tant attendu !
        
    Ah, Seigneur, quel bonheur de savoir que l'Eglise est notre lumière ! Quel bonheur de se sentir guidé par elle ! Quel bonheur à chaque fois qu'elle nous dit la vérité et que les voix de la terre s'unissent à celles du Ciel, même si l'accouchement s'est fait dans la douleur !
    Quel bonheur quand, par exemple, elle dévoile le portrait de l'un de ses enfants sur la place Saint Pierre, à Rome, lors d'une cérémonie de canonisation, et proclame au monde entier, telle une mère qui vient tout juste d'enfanter : "Regardez ! C'est mon enfant !! Regardez comme il est beau !!!"