• UN PETIT TEMOIGNAGE POUR RECONCILIER TOUS LES CATHOLIQUES AVEC LES SINGES

    Du 1er au 3 septembre dernier, à Rome, le Pape Benoît XVI a réuni un séminaire consacré à la question de l'évolution des espèces. De nombreux journaux s'en sont fait l'écho et, d'une manière générale, on constate que les positions de l'Eglise sur cette question (elles sont parfois un peu "floues") sont interprétées différemment selon les sensibilités des rédactions.
    Comme le dit la conclusion d'un article intitulé "En finir avec le darwinisme", paru dans le journal "L'homme nouveau" du 16 septembre 2006 : "Pour les simples fidèles, il serait peut-être temps que le Magistère produise un document clair sur ce sujet".
        
    Pour ma part, je ne crois pas au darwinisme. Dire que l'homme vient de l'animal, pour moi, c'est tout aussi choquant que de dire que le végétal vient du minéral, ou que l'animal vient du végétal, ou encore que l'ange vient de l'homme.
    A mon sens, les différents niveaux de la création (le minéral, le végétal, l'animal, l'homme et l'ange) ne procèdent pas les uns des autres. Ils ont chacun leur spécificité.
    Sans vouloir préjuger de ce que sera la position définitive de l'Eglise sur cette question, je ne pense pas que le Magistère se ralliera un jour à la cause des darwinistes.
        
    Toutefois, je tiens à vous dire que, depuis quelques semaines, je suis totalement et définitivement réconcilié avec les singes. Oui, définitivement. Et voici pourquoi :
    Récemment, j'ai eu l'occasion de faire un petit voyage en train aux côtés d'une sœur clarisse qui revenait d'un pèlerinage. A un moment donné, le train a longé un pré dans lequel il y avait un troupeau de charolaises bien grasses qui broutaient paisiblement.
    En les voyant, la religieuse s'est écrié : "Oh ! Nos sœurs les vaches !", faisant rire ainsi tout le compartiment.
        
    Cette petite phrase apparemment anodine m'a beaucoup fait réfléchir. En effet, elle m'a remis en mémoire que Saint François d'Assise, dans son "Cantique du soleil" (appelé aussi "Louanges des Créatures"), a employé de très nombreuses expressions du type : frère soleil, sœur lune, frère vent, sœur eau, frère feu, sœur notre mère la Terre… pour désigner les merveilles qui l'entouraient.
    Pour cet amoureux de la nature qu'était Saint François, en effet, tous les êtres vivants et tous les éléments de la création étaient issus d'un même Père : Dieu. Il existait donc entre eux un lien de type "familial".
        
    A partir de là, je me suis dit que s'il ne m'était pas possible de voir dans l'animal un père (et notamment dans le singe), il m'était néanmoins possible de voir en lui un frère. Et c'est ainsi, chers amis internautes, que je me suis totalement et définitivement réconcilié avec les singes. Maintenant, je ne ressens aucune gêne (mais alors vraiment aucune gêne) à l'idée de vous parler de mes frères les chimpanzés, de mes frères les gorilles, de mes frères les babouins, de mes frères les macaques et les orangs-outangs, de mes sœurs les guenons…
    On se sent tellement proches les uns des autres une fois que l'on a pris conscience que nous appartenions tous à la même famille !
    Je vous dirais même une chose, chers amis : si Dieu m'avait créé un peu plus "carré" et s'Il m'avait destiné à incarner Tarzan au cinéma, alors je me serais fait un plaisir de demander au réalisateur de faire marquer sur l'affiche du film : "Le retour du roi de la jungle", avec, dans les rôles principaux, RV et sa sœur Cheeta. Oui, vous pouvez me croire, je l'aurais fait !
        
    Ah, cher Saint François ! Merci pour ton extraordinaire vision du monde qui nous permet d'aller très loin dans la réflexion et de dire des choses que les scientifiques eux-mêmes n'oseraient peut-être pas dire !