• Une rubrique pour défendre la vie...

        

        

    Témoignage
    UN ENFANT QUI SE PRESENTE MAL A L'ACCOUCHEMENT (22/10/15)
    Voici un extrait du témoignage qu'a donné Gérard Pérez dans le livre d'Henri Berger : "Je suis un converti" (qui est paru en 2015).
    Le jour de l'accouchement de notre premier enfant, Joëline, la sage-femme et le gynécologue nous ont dit :
    "L'enfant se présente mal".

    L'obstétricien nous a dit : "Ou c'est l'enfant ou c'est vous" et il a appelé l'anesthésiste pour une intervention.
    Nous, nous ne voulions pas qu'il utilise un forceps, on l'a refusé. On a dit : "On est chrétien ou on ne l'est pas" et le temps qu'il aille chercher l'anesthésiste, on s'est tourné vers Jésus, on lui a dit d'intervenir dans cette situation où nous, nous étions incapables de faire quoi que ce soit.
    Et quand le gynéco est revenu, l'enfant avait pivoté à 180° ! C'était vraiment un miracle de Dieu. Et elle est bien sortie : c'était une fille.
        
     
    Citation

    MERE TERESA NOUS EXPLIQUE POURQUOI L'AVORTEMENT PEUT ENTRAINER L'HUMANITE DANS LA GUERRE (05/10/12)

    Voici ce qu'a dit Mère Teresa devant 2000 parlementaires et décideurs à Washington, lors d'un "breakfast-prayer" pendant le génocide en Bosnie-Herzégovine :

    Le plus grand destructeur de la paix dans le monde aujourd'hui est l'avortement. Si une mère peut tuer son propre enfant, qu'est-ce qui pourra nous empêcher vous et moi de nous entre-tuer ? Toutes les guerres commencent quand l'enfant devient un ennemi.

        

    Réflexion

    DISCUTER AVEC DES PERSONNES QUI SONT FAVORABLES A L'EUTHANASIE (17/09/12)

    Quand on discute avec des personnes qui sont favorables à l'euthanasie et qu'on leur expose l'enseignement de l'Eglise sur cette question, ces personnes nous répondent souvent la chose suivante : "La théorie, les grands dogmes, les beaux discours... tout cela c'est très bien. Mais tant que l'on n'a pas une expérience concrète de ce problème, tant que l'on n'a pas eu des proches qui sont passés par là, alors on ne peut pas comprendre. L'euthanasie est une question qui ne peut pas être abordée uniquement sous un angle idéologique".

    Je pense que c'est là, en entendant ces mots, que tout chrétien devrait prendre conscience de ceci (avant de continuer la conversation) : "En fait, chaque chrétien a des proches qui sont passés par des souffrances extrêmes et qui, malgré cela, ont choisi de vivre jusqu'au bout et de mettre toute leur confiance en Dieu : Jésus (qui a été crucifié), Jeanne d'Arc (qui a été brûlée vive), les martyrs (dont beaucoup ont été torturés)... tous ces gens ne sont-ils pas réellement nos frères et soeurs ? Et n'ont-ils pas souffert tout autant - si ce n'est infiniment plus, pour certains - que les autres ? Grâce à la communion des Saints, tout chrétien a donc dans sa famille des gens qui sont passés par de très grandes épreuves". 

    Mais il est vrai qu'avant d'orienter le débat dans le sens de la religion et d'essayer de montrer que seule la foi peut permettre de tout traverser, il faut être très à l'écoute des souffrances de l'autre, de celui qui nous parle, car rien n'énerve plus les non-croyants que de sentir que les chrétiens ont des idées "toutes faites" et qu'ils n'accueillent pas ce qu'on leur dit.

              

    Témoignage

    LE DROIT DE VIVRE DANS LA DIGNITE (23/08/12)

    Voici un témoignage intéressant qui est paru dans le "Courrier des lecteurs" de "Pèlerin magazine" (le 23 août 2012) :

    Bien sûr, mourir dans la dignité est ce que je souhaite, mais parle-t-on assez du droit de vivre dans la dignité quand nous sommes âgés ? J'ai 87 ans, je fais partie d'une équipe d'aumônerie à la maison de retraite près de chez moi (170 personnes). Je constate honnêtement tout ce qui est fait de bien, mais ce que je ressens, c'est le manque d'amour. Les raisons en sont multiples. La première est sans doute le manque de personnel, qui court toujours et n'a pas le temps d'un peu d'échange avec les personnes âgées. Combien de personnes vivent des années dans un lit, un fauteuil, alors que leur raison s'en va ? Certaines n'ont plus de visites. Plus guère de sourires sur les visages, plus d'échanges. Où est la vie ? (...) Alors oui, il faudrait s'occuper de la vie de nos vieux avant de s'occuper de leur mort.

        

    Citation

    LE PERE SLAVKO NOUS PARLE DE LA VIE INTRA-UTERINE (06/07/12)

    Voici un extrait d'un article du Père Slavko Barbaric qui est intitulé :"La famille dans les messages de la Vierge Marie Reine de la Paix" (source : le site officiel de Medjugorje) :

    Aimer et être aimé est le désir le plus fondamental et le plus profond de chaque être humain. Il est inutile de dire à quel point l'amour et l'accueil sont importants dans l'école de vie qu'est la famille. Le manque d'amour et d'accueil au sein d'une famille provoque de profondes blessures.

    Il est bien connu que, dès sa conception, l'enfant ressent et sait s'il est accepté avec amour ou non. La pratique thérapeuthique montre que certaines angoisses profondément ancrées, qui peuvent poursuivre une personne toute sa vie, ont souvent leur origine dans la période de la gestation, si, par exemple, le père et la mère avait envisagé l'avortement.

        

    ARCHIVES 1
       

    Liens :

    Chers jeunes >>
    We are family
    >>


  • Le père Slavko Barbaric (qui a été responsable de la paroisse de Medjugorje de 1982 à 2000) a écrit des articles dans de nombreuses publications ainsi que des livres inspirés par la spiritualité de Medjugorje. Dans "Adorez mon Fils avec le cœur" (1998), il nous livre l'une de ses plus belles réflexions sur les vrais besoins du monde actuel.
        
    Si vous voulez lire ce texte magnifique, cliquez ici >>


  • Une méditation sur le temps qui passe >>


  • Les limites du bonheur quand on ne croit pas en une vie après la vie. Je pense que ceux qui ne croient pas encore y seront sensibles.
    Pour lire ce texte, cliquez ici >>