• En parallèle du groupe de prière "Marie Reine de la Paix", j'ai lancé un groupe de récitation du Rosaire dans ma paroisse. Voici quelques informations très générales sur ce groupe, au cas où certains souhaiteraient également en mettre un en place...

       

         
    Pique-nique
    Le pique-nique annuel (21/07/17)
    Le jeudi 20 juillet, comme chaque été, notre groupe du Rosaire a organisé son pique-nique annuel. Il y a eu encore plus de monde que l'année dernière.
    Cette fois-ci, nous avons commencé la récitation du Rosaire à 14h30 (et non pas à 14h, comme nous le faisons habituellement) car les gens ont beaucoup discuté. Ils ont parlé notamment du devoir des laïcs de soutenir les prêtres dans les paroisses, surtout quand les prêtres arrivent pour la première fois dans une paroisse.
    Et à 15h30, juste après le Rosaire, les gens ont continué à discuter et ils ne voulaient plus partir.
    Magnifique journée ! Vraiment ma-gni-fique ! Que de richesses dans le cœur de chacun !! Que de trésors !!!
        
    Nouvel An
    Que de grâces on obtient grâce aux saints ! (23/01/16)
    Cette année, le vendredi après avoir tiré les saints au sort (ou, plus exactement, après que les saints nous aient choisis !), une jeune femme de notre groupe m'a dit ceci : "Je regrette de ne pas avoir tiré un saint pour mon mari, vendredi dernier. Je n'y ai pensé qu'après. C'est dommage. Mon mari ne peut pas venir au Rosaire car il travaille, et j'aurais été heureuse qu'il ait un saint".
    Je lui ai répondu : "Ce n'est pas grave. Je tirerai un saint pour lui au cours de la semaine, et je te le donnerai la semaine prochaine".
    Chez moi, pendant la semaine, j'ai fait une prière à l'Esprit Saint et j'ai donc tiré un saint pour le mari de cette personne. Le vendredi suivant, juste après la rencontre de notre groupe du Rosaire, je lui ai donné le petit papier sur lequel figurait le nom du saint et, soudain... un beau sourire a illuminé son visage.
    Le saint était saint Sébastien, que l'on fête le 20 janvier.
    Or, le 20 janvier est le jour de l'anniversaire de cette jeune femme. Le fait que son mari ait reçu saint Sébastien a donc été pour elle une très grande joie. C'est un peu comme si Dieu avait voulu dire qu'il était au cœur de leur couple ! Ah, que de grâces nous recevons grâce aux saints ! Oui, que de grâces !!
        
    Miracle
    La prière de quelques uns peut faire de véritables miracles ! (06/07/15)
    Il y avait peu de monde à notre groupe du Rosaire, vendredi dernier. Nous sommes en période de vacances et beaucoup d'entre nous étaient absents.
    Cependant, une chose absolument incroyable s'est produite. Quand nous sommes arrivés dans l'église, une femme était assise devant la statue de la Vierge où nous nous rassemblons. Elle est restée durant toute la rencontre. A la fin, elle s'est tournée vers nous et nous a dit avec des larmes dans les yeux : "Je suis venue ici pour prier pour une intention. Je ne savais pas qu'un groupe de prière se réunissait. Ce n'est sûrement pas un hasard. Ce n'est sûrement pas un hasard".
    En l'entendant parler, nous avons compris que cette personne portait quelque chose de douloureux. Et ce moment pendant lequel elle nous a parlé a été d'une intensité absolument incroyable.
    Profondément émue et bouleversée, elle a quitté l'église en pleurant (nous avons cru comprendre qu'il y avait aussi de la joie dans ses larmes) et en répétant sans cesse : "Ce n'est sûrement pas un hasard, ce n'est sûrement pas un hasard..."
    Oui, chers amis, la prière de quelques uns peut faire de véritables miracles. Elle peut rallumer la flamme de l'espérance dans le cœur de ceux qui ploient sous le poids du fardeau ! Elle peut être le signe, pour une personne dans la peine, que Dieu l'a entendue ! Vive le Rosaire ! Vive les petits groupes du Rosaire !
        
    Témoignage
    Nous n'avons pas assez confiance en Dieu et en sa Mère (14/02/15)
    Notre groupe du Rosaire se réunit tous les vendredis de 18h à 19h depuis plus de sept ans.
    En été, nos rencontres ont lieu dans l'église. En hiver, elles ont lieu dans une salle paroissiale qui est située juste à côté de la cure (comme vous pouvez l'imaginer, il fait trop froid dans l'église).
    Un vendredi, pendant les vacances de Noël, j'avais oublié de prendre la clef de la salle à la cure, le matin. En effet, en période de vacances scolaires, la cure n'est ouverte que le matin. Et comme il n'y a plus de prêtre pour administrer notre paroisse et que, de ce fait, plus personne ne réside à la cure, cela signifiait que notre groupe allait être dans l'obligation de se réunir dans l'église (qui était donc très froide).
    Avant de partir de chez moi, voyant que ma mère était un peu grippée, je lui ai vivement conseillé de ne pas venir car j'avais peur qu'elle soit malade. Elle voulait quand même participer à la rencontre mais j'ai beaucoup insisté pour qu'elle reste à la maison.
    Arrivé à l'église, j'ai quand même sonné à la cure (on ne sait jamais) et là - ô miracle ! - un prêtre est apparu à la fenêtre et il m'a dit : "Tu en as de la chance ! Je viens tout juste d'arriver pour récupérer quelques affaires et j'allais repartir". Il m'a gentiment ouvert la porte de la salle et nous avons pu l'utiliser pour notre rencontre.
    Si je raconte cette histoire, c'est tout simplement pour montrer que, très souvent, nous avons tendance à raisonner de manière humaine. Nous n'avons pas assez confiance en Dieu et en sa Mère.
    Si j'avais été vraiment chrétien, ce jour-là, j'aurais dit à ma mère, avant de partir : "Viens quand même malgré la grippe ! Bien que j'ai oublié de prendre les clefs, ce matin, je suis sûr que Dieu va nous aider à trouver un endroit où nous serons au chaud !"
    Mais je n'ai pas eu assez confiance. J'étais sûr que nous allions devoir aller dans l'église. J'avais oublié que la Sainte Vierge était une Mère aimante qui veillait réellement sur ses enfants et qu'il fallait toujours avoir confiance en elle !
          

    ARCHIVES >>
        
    Document :
    Le "Salve Regina" (fin du Rosaire) >>


  • En ces temps où l'on parle beaucoup de l'élection présidentielle, voici une petite réflexion personnelle sur les rapports entre les groupes de prière et la politique.

         

    1

    Un homme politique (fut-il un Président) ne sera jamais le plus petit dénominateur commun de tous les citoyens d'un même pays, ne serait-ce qu'à cause du fait que tous les gens n'ont pas voté pour lui et que tous ne se reconnaissent pas forcément en lui. Tous ne l'aimant pas nécessairement, il n'est pas celui qui "fédère" le plus les coeurs.

        

    2

    Jésus Christ, de par le fait que tout a été créé par Lui et pour Lui, EST le plus petit dénominateur commun de tous les hommes. Non seulement de tous les citoyens d'un même pays mais, également, de tous les gens qui vivent sur la terre. Et le fait de ne pas croire en Lui ne change rien. En effet, les non-croyants ont eux aussi été créés par Dieu et pour Dieu et ils sont appelés à Le découvrir un jour.

          

    3

    Le but d'un groupe de prière est de tirer les gens (quels qu'ils soient et quelles que soient leurs sensibilités politiques) vers ce qu'il y a de meilleur, de plus vrai, de plus beau, de plus essentiel, de plus haut, de plus commun à tous les hommes. Le but d'un groupe de prière est donc de tirer les gens vers Jésus Christ, le Fils de Dieu qui est le Créateur de toute chose.

          

    4

    Par conséquent, je pense qu'un groupe de prière se trompe lorsqu'il cherche à faire de la politique : en supportant un candidat particulier lors d'une élection, ou en donnant des consignes de vote... Ce n'est pas son rôle. Je pense que si l'on tient absolument à parler politique, il vaut mieux prier pour tous les candidats en demandant à Dieu que chacun d'entre eux puisse avoir des idées, des paroles et des actes qui soient inspirés par l'Evangile. Pour le reste, il est mieux, à mon sens, de renvoyer chacun à sa propre conscience.