• Une rubrique pour parler de la société française...
        

    Un mot
    sur les articles >>
        
        

    Pentecôte
    LA FÊTE DE PENTECÔTE (03/06/17)
    Une petite réflexion personnelle :
    La vénérable Marthe Robin a dit de la France : "Elle sera le lieu de la plus grande effusion de l'Esprit Saint" (1936). La fête de Pentecôte devrait donc avoir une place toute particulière dans le coeur des Français. Elle devrait être une sorte de "deuxième fête nationale", si l'on peut dire !
        
    P
    olitique
    L'IMAGE QUE JE RETIENDRAI DU QUINQUENNAT DE FRANCOIS HOLLANDE (17/05/17)
    Une petite réflexion personnelle :
    Dans les mois qui ont suivi l'élection de François Hollande (en mai 2012), il y a eu de nombreuses manifestations contre le mariage homosexuel, en France. Puis, vers la fin de l'année 2012, une chose tout à fait étonnante s'est produite : beaucoup de chrétiens se sont mis à reparler de l'importance de la prière et du jeûne.
         
    En effet, des mouvements de prière ont fait leur apparition, des responsables religieux ont appelé les gens à réciter le Rosaire, il y a eu également des journées de jeûne... C'est un peu comme si les chrétiens de notre pays avaient soudainement pris conscience que les manifestations et les pétitions ne suffisaient pas, et qu'il fallait surtout se tourner vers Dieu.
         
    A cette époque, je me suis dit la chose suivante (et ce avec humour) : "Avec le projet de loi sur le mariage homosexuel, le gouvernement français est parvenu à faire en quelques mois ce que la Sainte Vierge elle-même n'a pas réussi à faire en plus de 31 ans d'apparitions à Medjugorje : faire que l'on reparle enfin de la prière et du jeûne alimentaire dans l'Eglise de France !"
         
    Ce magnifique élan de ferveur populaire (on aimerait bien qu'il soit aussi fort, actuellement !) est donc ce que je retiendrai de ce quinquennat, ainsi que cette pensée empreinte d'une certaine tristesse : bien souvent, l'homme ferme son cœur quand la Sainte Vierge l'appelle à la prière et à la conversion, et on a l'impression qu'il a besoin que des difficultés arrivent (comme le mariage homosexuel, par exemple) pour se tourner enfin vers Dieu.
        
    Musique
    TRAVERSEE DU DESERT (14/05/17)
    Une petite réflexion personnelle :
    Cela fait 40 ans cette année que la France n'a pas remporté le grand concours Eurovision de la chanson. La dernière victoire remonte à 1977. Marie Myriam était arrivée première avec : "L'oiseau et l'enfant".
        
    Réflexion
    LES CATHOLIQUES DE FRANCE EN PERIODE D'ELECTION
    (04/05/17)
    Une petite réflexion personnelle :
    En période d'élection, plutôt que de se diviser et de passer leur temps à se disputer pour savoir quel est le candidat le "moins pire", les catholiques de France devraient se rassembler et prier tous ensemble pour que tous les habitants de leur pays (et notamment les candidats) ouvrent grand leur cœur à ce qu'il y a de meilleur : Dieu !
        
    Réflexion
    LA FRANCE ET L'EUCHARISTIE (01/05/17)
    Une petite réflexion personnelle :
    En France, nous avons des champs de blé immenses, avec de beaux épis pour faire du bon pain. Nous avons également des vignes immenses, avec de belles grappes pour faire du bon vin.
    Malheureusement, nous avons encore très peu de prêtres pour offrir à Dieu ce pain et ce vin, afin qu'ils deviennent le Corps et le Sang du Christ. Oui, nous avons encore très peu de prêtres pour nourrir ces foules immenses de Français qui, aujourd'hui plus que jamais, meurent de faim et de soif spirituellement.
    Alors, puissent les Français revenir à Dieu et Lui demander avec insistance de leur accorder les nombreuses vocations sacerdotales dont ils ont besoin. En effet, comment un pays qui est mondialement connu pour son bon pain et ses bons vins pourrait-il ne pas avoir un lien très fort avec l'Eucharistie ?
        
    Réflexion
    LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE
    (29/04/17)
    Une petite réflexion personnelle :
    Le bienheureux Frédéric Ozanam a dit un jour, au sujet des Français : Au fond, leur devise : liberté, égalité, fraternité, est l'Evangile même (source : "Une pensée par jour", aux éditions Médiaspaul).
         
    Il est vrai qu'à la lumière de la foi chrétienne, les trois mots de notre devise nationale prennent vraiment tout leur sens.
    En ce qui concerne la liberté, par exemple, on peut dire que l'on n'est jamais aussi libre que lorsque l'on est enchaîné à Dieu. En ce qui concerne l'égalité, on peut dire que le chemin qui conduit au ciel est le même pour tous : la prière et la conversion. Et en ce qui concerne la fraternité, on peut dire que nous ne pouvons pas être frères si nous n'avons pas un Père commun et, donc, si Dieu n'existe pas.
         
    Oui, Frédéric Ozanam avait raison, la devise française, c'est l'Evangile même. Prions simplement pour que de plus en plus de Français découvrent cela : "Je vous salue Marie..."
        
    Réflexion
    LA VOCATION DE LA FRANCE EST DE DEVENIR UN GRAND PAYS MARIAL
    (28/04/17)
    Une petite réflexion personnelle :
    1-La vénérable Marthe Robin a dit de la France : "Elle sera le lieu de la plus grande effusion de l'Esprit Saint".
    2-Saint Louis-Marie Grignion de Montfort a dit : "Quand l’Esprit-Saint voit Marie dans un cœur, il s'y précipite !"
    3-Quand on lit ces deux citations, il nous apparaît de manière extrêmement claire que la vocation de la France est de devenir un grand pays marial.
        
    Réflexion
    LA FRANCE VUE DU CIEL
    (27/04/17)
    Quelques jours après le premier tour de l'élection présidentielle, voici l'état de la France vue du ciel :
    1-Beaucoup de Français ont peur du candidat A et ils se jettent dans les bras du candidat B.
    2-Beaucoup de Français ont peur du candidat B et ils se jettent dans les bras du candidat A.
    3-Très peu de Français se jettent dans les bras de la Sainte Vierge qui les attend depuis bientôt 36 ans, à Medjugorje, pour qu'elle les enseigne et qu'ainsi l'Esprit Saint puisse faire des miracles dans les cœurs, dans les familles et dans le pays tout entier.
        
    Ah, Seigneur ! Si seulement les Français pouvaient arrêter de mettre la politique au-dessus de la religion ! Si seulement ils pouvaient aller dans les églises avec autant d'enthousiasme qu'ils vont dans les bureaux de vote ! Alors, Dieu relèverait leur pays en un rien de temps !
        

    ARCHIVES >>
        


    Archives
    Rubrique "ici la France" (2007-16)
    : 1 / 2 / 3 / 4 / 5
        


    Liens :
    Pincées de sel >>
    Signes des temps
    >>

    La France du bout du monde
    >>
    Bouquets de prières pour la France 
    >>


  • Une petite pensée de votre serviteur...
        
    Donner à quelque chose une place qui revient normalement à Dieu, c'est vouloir que ce quelque chose prenne la place de Dieu. En d'autres termes, c'est idolâtrer ce quelque chose.
        
    Et puisque le dimanche est un jour sacré qui appartient à Dieu, on peut dire que vouloir faire travailler les gens le dimanche, c'est tout simplement idolâtrer le travail.


  • Une petite réflexion de votre serviteur.
        
    Dans l'Evangile, Jésus nous dit : "En vérité, je vous déclare que tout sera pardonné aux fils des hommes, les péchés et les blasphèmes aussi nombreux qu'ils en auront proférés. Mais si quelqu'un blasphème contre l'Esprit Saint, il reste sans pardon à jamais : il est coupable de péché pour toujours" (Marc 3, 28-29).
        
    Dans sa lettre encyclique "Dominum et vivificantem" (1986), le Pape Jean-Paul II, citant saint Thomas d'Aquin, nous explique que ce qui rend le blasphème contre l'Esprit Saint irrémissible, c'est le fait de ne pas vouloir être pardonné : Saint Thomas d'Aquin répond qu'il s'agit d'un péché "irrémissible de par sa nature, parce qu'il exclut les éléments grâce auxquels est accordée la rémission des péchés".
        
    En lisant ces mots, on prend conscience que le droit au blasphème (qui est complètement banalisé aujourd'hui en France) est en fait quelque chose d'extrêmement grave.
    En effet, comment l'homme peut-il être sauvé et comment ses blasphèmes peuvent-ils être pardonnés par Dieu si l'homme persiste à penser que blasphémer est un "droit" (c'est dire s'il persiste à penser que blasphémer est un acte qui n'est pas condamnable - et pour lequel on n'a donc pas à s'excuser - mais qui, au contraire, doit être protégé par la loi) ?
       
    Prions avec une infinie confiance pour la conversion de la France et pour notre conversion à tous (car nous savons que notre pays finira par se relever un jour) : Je vous salue Marie...
        
    Lien :
    Jésus, la Vierge Marie et Jean-Paul II nous parlent des blasphèmes >>


  • Une petite réflexion de votre serviteur...
        
    Très régulièrement, nous voyons dans les médias que bon nombre de nos frères d'Afrique essayent de rentrer clandestinement en Europe en traversant la mer sur de petites embarcations, mettant ainsi leur vie en danger. Pourquoi font-ils cela ?
      
    Un jour, nous avons parlé de cette question avec un prêtre africain. Ce dernier m'a dit une chose qui m'a beaucoup interpelé.
    Il m'a dit qu'il ne fallait pas croire que tous les pays d'Afrique étaient pauvres. Certains d'entre eux ont même de grandes richesses (notamment au niveau des minerais, des pierres précieuses...).
        
    Le problème, c'est que ces richesses sont souvent contrôlées par les grandes puissances mondiales.
    Et quand il y a une élection dans l'un de ces pays, les grandes puissances soutiennent financièrement les candidats qui acceptent de faire leur jeu (c'est à dire des candidats qui, par exemple, vont accepter de vendre les richesses de leur pays au prix où les grandes puissances veulent les acheter).
       
    Et, "bizarrement", quand un chef d'état africain ose dire qu'il faut changer de méthode et qu'il faut faire passer les intérêts de son peuple avant ceux des grandes puissances, alors une révolution éclate dans son pays : des hommes se rassemblent, "trouvent" des armes et des moyens financiers, font un coup d'état... un peu comme si les grandes puissances essayaient de toujours maintenir à la tête de ces pays des gens qui leur sont soumis.
       
    En écoutant ce prêtre m'exposer sa vision des choses, je me suis dit ceci : ce qui pousse tant et tant de nos frères d'Afrique à essayer de rentrer clandestinement en Europe, et ce au prix de leur vie, c'est peut-être le sentiment profond que les pays riches leur ont volé quelque chose et qu'en Europe, ils pourront récupérer ce qui leur appartient...


  • Une petite réflexion de votre serviteur dans laquelle j'ai repris et regroupé certaines idées que j'avais publiées sur ce site en 2009.
        
    Autoriser le travail le dimanche, c'est enfreindre le 3ème des dix commandements de Dieu : "Observe le jour du sabbat pour le sanctifier" ainsi que le 1er des cinq commandements de l'Eglise : "Les Dimanches et les autres jours de fête de précepte, les fidèles sont tenus par l’obligation de participer à la Sainte Messe et de s’abstenir des oeuvres serviles" (article 2042 du CEC).
        

    En autorisant de plus en plus le travail le dimanche, la France envoie donc au Ciel un signal extrêmement négatif, et c'est là quelque chose de très grave.
    En 1846, lors de ses apparitions à La Salette, la Vierge Marie a pleuré parce que, justement, les gens travaillaient le dimanche.

        
    Ces dernières années, je trouve que les chrétiens de notre pays sont restés plutôt silencieux sur cette question et cela, à mon sens, montre bien à quel point nous n'avons pas encore compris toute l'importance de la vie intérieure.
    En effet, nous réagissons toujours très vite quand la vie physique est en danger (lois sur l'avortement, l'euthanasie...) et quand, de ce fait, le 5ème commandement est attaqué ("Tu ne commettras pas de meurtre"). Mais nous réagissons très peu quand la vie spirituelle est en danger (lois sur le travail le dimanche...) et quand, de ce fait, le 3ème commandement est attaqué ("Observe le jour du sabbat pour le sanctifier").
        
    C'est un peu comme si, à nos yeux, le 5ème commandement était plus important que le 3ème. Pourtant, le Catéchisme de l'Eglise Catholique nous dit bien : "Le Décalogue forme un tout indissociable. Chaque "parole" renvoie à chacune des autres et à toutes; elles se conditionnent réciproquement. Les deux Tables s’éclairent mutuellement; elles forment une unité organique. Transgresser un commandement, c’est enfreindre tous les autres" (article 2069 du CEC).
       
    Autoriser l'extension du travail le dimanche n'est pas quelque chose qui va attirer des bénédictions sur la France, c'est certain, car tout découle de la vie spirituelle.
    Et si l'on retire à Dieu le seul jour de la semaine qu'il s'est réservé (c'est là une part qui est déjà bien petite), que va-t-il rester ?

    A ce propos, saviez-vous qu'en Allemagne (pays que l'on cite souvent en exemple quand on parle d'économie) le droit au repos dominical est inscrit dans la Constitution ?
        
    Permettez-moi de terminer cet article en ajoutant une petite touche d'humour : en France, j'ai remarqué que les personnes qui s'opposaient le plus fortement au travail le dimanche étaient généralement les responsables syndicaux, c'est à dire des personnes qui appartiennent à des mouvements ou à des organisations qui, bien souvent, sont traditionnellement incroyants.
        
    En constatant cela, je me dis parfois que ce doit être assez “amusant”, pour Dieu, de savoir qu'Il peut toujours trouver chez nous quelqu'un pour Le défendre... y compris parmi les gens qui pensent qu'Il n'existe pas !