• Des histoires intéressantes qui se sont passées dans nos paroisses…

        
        
    Homélie
    Greffe de sarments, sacrements de l'initiation chrétienne et phylloxera (02/05/21)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre de la communauté Saint Martin a fait une très belle homélie sur le passage de l'Evangile où Jésus nous dit : "Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage" (cf. Jean 15, 1-8).
    Ce prêtre a dit tout d'abord qu'il était originaire de Bordeaux, que son père était vigneron et que, de ce fait, ce passage de l'Evangile lui parlait tout particulièrement.
    Il a expliqué ensuite que pour greffer un sarment sur un cep de vigne, il fallait 3 choses : placer le sarment sur le cep, l'attacher solidement avec une ficelle pour que la greffe prenne bien, et attendre que la sève qui coule dans le cep coule également dans le sarment.
    Pour lui, ces trois étapes peuvent nous faire penser aux trois sacrements de l'initiation chrétienne : le Baptême (qui fait de nous des fils adoptifs de Dieu), la Confirmation (qui nous lie encore plus fortement à Lui) et l'Eucharistie (par laquelle Dieu nous nourrit de son Corps et de son Sang).
    Ce prêtre nous a raconté également l'anecdote suivante : au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, les vignes du Bordelais ont été ravagées par le phylloxera. C'est alors qu'on a eu l'idée d'importer des pieds de vigne américains (qui étaient beaucoup plus résistants) et, sur ces pieds américains, on a greffé les sarments français. Et c'est ainsi que tout le vignoble a pu être reconstitué.
    Les pieds de vignes sont américains, mais comme les sarments sont français, l'honneur est sauf !
        
    Homélie
    La parole de Dieu était féconde et se multipliait (28/04/21)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre de la communauté Saint Martin a commenté cette phrase du Livres des Actes des Apôtres que l'on retrouve dans la première lecture du jour : "En ces jours-là, la parole de Dieu était féconde et se multipliait" (Actes 12, 24).
    Il a dit que cette phrase nous montrait que, grâce à Jésus, l'humanité blessée par le péché avait renoué avec la fécondité. En effet, cette phrase nous rappelle ces paroles que Dieu a dites à Adam et Eve avant leur chute : "Soyez féconds et multipliez-vous" (Genèse 1, 28).
        
    Homélie
    L'arbre de vie (24/04/21)
    Récemment, au monastère des Clarisses, un prêtre de la communauté Saint Martin a parlé de nos premiers parents (qui ont péché en mangeant du fruit défendu) et de Jésus (qui a donné sa vie pour nous sauver).
    Il a dit notamment cette phrase très profonde : "L'arbre de vie, c'est la Croix du Christ; et le fruit que l'on peut manger à cet arbre, c'est l'Eucharistie".
        
    Homélie
    Pourquoi cherchons-nous Jésus ? (19/04/21)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre de la communauté Saint Martin a commenté ce passage de l'Evangile (passage qui fait suite à celui de la multiplication des pains) : "Quand la foule vit que Jésus n’était pas là, ni ses disciples, les gens montèrent dans les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus. L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : "Rabbi, quand es-tu arrivé ici ?" Jésus leur répondit : "Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau" (cf. Jean 6, 22-29).
    Ce prêtre a dit qu'il était bon, quand on était chrétien, de s'arrêter régulièrement pour faire le point et de se poser la question suivante : "Pourquoi est-ce que je cherche Jésus, pourquoi est-ce que je veux le suivre ?"
    Parfois, en effet, nous pouvons être tentés, nous aussi, de chercher Jésus uniquement afin qu'il nous donne des biens matériels. Or, ce sont surtout les biens spirituels que nous devons lui demander.
        
    Homélie
    Dieu a tellement aimé le monde... (14/04/21)
    Ce matin, au monastère des Clarisses, un prêtre a longuement commenté cette phrase de l'Evangile selon saint Jean : "Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique" (Jean 3, 16).
    Il a dit notamment que les chrétiens devaient eux aussi aimer le monde - ce qui ne signifie pas, a-t-il bien précisé, qu'ils devaient aimer le péché du monde.
    Selon ce prêtre, le fait qu'il y ait si peu de gens qui viennent à l'église s'explique en grande partie par le fait que les chrétiens n'aiment pas assez.
        
    Homélie
    Le Père Roger Paulin parle de la fin du monde (24/02/21)
    Il y a quelque temps, le Père Roger Paulin (le fondateur de la Fraternité "Parole et Louange") était dans ma paroisse et il a commenté le passage de l'Evangile dans lequel Jésus parle de la fin du monde et de son retour dans la gloire : "
    Vous allez entendre parler de guerres et de rumeurs de guerre (...). On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume (...). Alors, vous serez livrés à la détresse, on vous tuera, vous serez détestés de toutes les nations à cause de mon nom (...). Mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé" (cf. Matthieu 24, 6-13).
    Le Père Paulin a commencé par dire qu'il ne croyait pas que la fin du monde était pour tout de suite. Puis, il a expliqué pourquoi le retour de Jésus serait précédé de guerres, de rumeurs de guerre, de persécutions...
    Il a dit notamment que quand un bien arrivait quelque part, ce bien se heurtait inévitablement à une résistance venant de l'homme. C'est un peu comme si, sentant que le soleil va se lever, la nuit ne voulait pas être chassée par le jour : elle tente de lui résister. Mais elle résiste en vain car la lumière est plus forte que les ténèbres, de la même façon que Jésus est plus fort que le mal.
        
    Homélie
    Vous serez comme des dieux... (20/02/21)
    Il y a quelques jours, au monastères des Clarisses, l'évêque de mon diocèse a fait une très belle homélie sur le passage du Livre de la Genèse qui raconte l'épisode du péché originel. Il a commenté
    notamment cette phrase que Satan a dite à Eve pour l'inciter à manger du fruit défendu : "
    Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal" (Genèse 3, 4-5).
    Notre évêque a dit ceci : "Cette phrase montre bien que Satan est le père du mensonge. En effet, il suffit de regarder l'état dans lequel se trouve le monde actuel pour voir que les hommes ne sont pas devenus comme des dieux !"
        
    Vœux
    Vœux à la paroisse (10/01/21)
    Récemment, lors de ses vœux à la paroisse, un prêtre de mon diocèse a attiré l'attention des fidèles sur le fait que l'on disait souvent aux enfants que l'on retrouvait après plusieurs mois sans les avoir vus : "Oh, comme tu as grandi !" Il a dit que c'était là le vœu qu'il formulait pour la paroisse, que l'on puisse dire d'elle à la fin de l'année 2021 : "Oh, comme tu as grandi !"
    Il a dit également que la vie était croissance, toujours. Il a cité notamment l'exemple d'un monsieur très âgé à qui l'on demandait régulièrement, et ce avec un peu d'inquiétude : "Comment allez-vous ?" et qui répondait inlassablement : "De mieux en mieux !"
        
    Homélie
    La fête de l'Epiphanie ((03/01/21)
    Ce matin, dans ma paroisse, un prêtre de la communauté Saint Martin a fait une très belle homélie sur l'Epiphanie.
    Il a dit notamment qu'à l'instar de l'étoile qui a guidé les Rois mages vers la crèche, et ce depuis des terres lointaines, nous devions être nous aussi la lumière du monde qui va attirer à Jésus les gens qui sont les plus éloignés de lui.

        

    ARCHIVES : 1 / 2


  • Des idées pour transformer nos paroisses. A diffuser autour de nous.
         

       

    Citation

    LE PERE MARC NOUS PARLE DU RENOUVELLEMENT DES PAROISSES (17/08/12)

    Voici une petite phrase que le Père Marc (de la communauté des "Apôtres de la Paix") a dite à Medjugorje en été 2012 :

    Le renouvellement de toutes les paroisses trouve sa source à Medjugorje.

        

    Enfance

    METTRE EN PLACE UNE PASTORALE DE L'ENFANT A NAÎTRE

    Voici une info qui est parue dans "Famille Chrétienne" :

    En Belgique, Luc Lannoye (l'auteur du livre "Le tout-petit", 1997, aux éditions Fidélité) est à l'origine d'une cérémonie annuelle de bénédiction des mères enceintes.

    Depuis 1993, une célébration de la Visitation est organisée le lundi de Pentecôte au sanctuaire de Notre Dame de Beauraing. La messe, présidée par l'évêque de Namur, est suivie d'une bénédiction des mamans enceintes.

    Dans le sein maternel, l'enfant est touché par ce qu'il vit (comme Jean Baptiste quand Marie est allée voir Elisabeth). Par cette bénédiction, il reçoit l'amour de Dieu, dont il est marqué. Il est accueilli comme enfant de Dieu, un être à part entière.

        

    Eucharistie

    UNE ASTUCES TRES SIMPLE POUR QUE NOS EUCHARISTIE SOIENT PLUS GAIES

    Une idée de votre serviteur, à découvrir ici >>

      

    Sensibilités

    LES PROGRESSISTES ET LES TRADITIONALISTES : COMMENT CHEMINER VERS LA PAIX ET LA RECONCILIATION

    Un texte de votre serviteur, à découvrir ici >>

      

    Prêtres

    SI ON AIME INTENSEMENT ET SI ON ACCEPTE DE PORTER SA CROIX, ALORS ON PEUT TRANSFORMER UNE PAROISSE !!!

    Un texte de votre serviteur, à découvrir ici >>

        

    Liens :
    Notre mère l'Eglise >>

    Comment faire pour que nos paroisses soient plus papales et plus mariales ? >>


  • Voyant que les jeunes désertent les églises, les diocèses s'interrogent beaucoup sur le rôle des parrains et marraines que ces jeunes ont reçus le jour de leur baptême :

        

    Remplissent-ils toujours leur tâche qui consiste à guider les jeunes sur les traces de Jésus ? Jouent-ils encore ce rôle d'éveilleurs à la foi ? Doit-on refuser à une personne d'être le parrain ou la marraine d'un futur baptisé si cette personne n'est pas engagée dans sa paroisse ? Mais en même temps, comment peut-on forcer les gens à choisir telle personne plutôt que telle autre ? Est-ce chrétien de chercher à "imposer" quelqu'un aux familles ?

          

    Bref, les discussions vont bon train pour essayer de mieux comprendre les choses et de voir comment on peut améliorer l'accompagnement des nouveaux baptisés.

       

    Si vous me le permettez, j'aimerais essayer d'apporter un petit élément de réponse à la question qui consiste à savoir ce qu'est réellement un parrain et une marraine, et ceci en faisant un peu de traduction anglaise.

    Un parrain, en anglais, se dit "Godfather". Une marraine se dit "Godmother". Un filleul se dit "Godson" et une filleule se dit "God-daughter".

      

    Ceux qui connaissent un peu l'anglais l'ont compris: ce qu'est un parrain et une marraine est défini dans la terminologie même qu'utilisent nos amis anglo-saxons.

    Un parrain, c'est un "père par rapport à Dieu". Une marraine, c'est une "mère par rapport à Dieu". Un filleul, c'est un "fils par rapport à Dieu". Une filleule, c'est une "fille par rapport à Dieu".

          

    Autrement dit, le baptême crée entre les hommes des relations spirituelles qui sont aussi fortes que celles que l'on peut retrouver au sein d'une famille. Vous vous rendez compte ?

          

    A partir de là, on sent qu'il est tout à fait fondamental, pour les parrains et marraines, de bien prendre conscience qu'ils ont un rôle absolument déterminant à jouer dans l'éducation d'un baptisé.

        

    Et à ce niveau, on ne peut que se désoler, avec les diocèses, de constater que leur mission - qui est pourtant si belle, si passionnante et si essentielle - est loin d'être toujours remplie !


  • Il faut demander à Dieu la grâce d'aimer la contradiction.


  • Les lieux d'Eglise qui attirent beaucoup de monde et font naître de nombreuses vocations (on peut penser notamment aux communautés nouvelles) ont au moins deux points communs :
    1)-il y a un lien très fort avec le Pape (au niveau théologique, liturgique...). Cela fait naître chez les gens le sentiment qu'il existe une cohérence et une communion intense à l'intérieur de l'Eglise, et ils se sentent comme "aimantés".
    2)-il y a un lien très fort avec la Vierge Marie (on insiste beaucoup sur la prière et la conversion). Cela fait jaillir de nombreuses guérisons (surtout intérieures), et les gens sentent grandir en eux l'envie de prier.
    Oui, le lien avec le Pape et avec la Vierge sont très importants pour que nos paroisses attirent des fidèles et fassent naître des vocations.
          
    Voici quelques suggestions qui ont été faites par des internautes de "Chère Gospa" pour que nos paroisses soient plus "papales" et plus "mariales".
        
    ---------------------------------
    LES IDEES DES INTERNAUTES 
          
    A)-Ce que les fidèles peuvent faire :
    1-Se consacrer au Sacré Coeur de Jésus et au Coeur Immaculé de Marie (personnellement et en famille)
    2-Faire des groupes de prière
    3-Organiser la récitation du Rosaire
    4-Prier l'Esprit Saint pour qu'Il renouvelle nos paroisses et prier également pour les prêtres
    5-Les parents doivent montrer le bon exemple à leurs enfants
          
    B)-Ce que les mouvements peuvent faire :
    1-Attirer l'attention des jeunes sur l'importance de l'intériorité (notamment dans les aumôneries scolaires) et ne pas insister uniquement sur l'action
          
    C)-Ce que les prêtres peuvent faire :
    1-Organiser des temps d'adoration devant le Saint Sacrement (ainsi que le demande instamment le Pape)
    2-Prendre la ferme résolution de devenir saints par la prière et la conversion
          
    D)-Ce que les curés de paroisses peuvent faire :
    1-Consacrer leur(s) paroisse(s) au Sacré Coeur de Jésus et au Coeur Immaculé de Marie (et inviter chaque paroissien à faire une consécration personnelle et familiale)
    2-Faire appel à des écoles d'évangélisation (comme Jeunesse-lumière) pour des missions paroissiales (c'est-à-dire des temps de formation de plusieurs jours - souvent un week-end ou une semaine - destinés aux prêtres et aux fidèles d'une même paroisse)
          
    E)-Ce que les évêques peuvent faire :
    1-Faire appel à des communautés nouvelles et leur confier : des paroisses, des Centres Diocésains de Formation, des services divers…
    2-Faire en sorte que la formation permanente des prêtres soit fidèles aux enseignements du Pape et de la Vierge (consacrer un temps de formation au Rosaire, par exemple, chaque année)
          
    F)-Ce que le Pape peut faire :
    1-Entamer un réforme des séminaires dans laquelle on remettrait la prière au centre de la formation des prêtres (prière personnelle, Bréviaire, chapelet…)
        
    G)-Ce que la société civile peut faire
    1-
    Ne pas interdire les signes religieux dans les lieux publics