• LES BRAS DE NOTRE DAME : Pierre Roth :

    Une rubrique pour apprendre à découvrir les gens (connus ou inconnus) qui travaillent au service de la Vierge de Medjugorje.
        

       

    Photo

    Pierre Roth : "Prix France Info 2012" pour une série de photos sur Medjugorje (22/10/12)

    Voici un extrait d'une interview que Pierre Roth (qui a obtenu le "Prix France Info 2012" pour une série de photos sur Medjugorje) a accordée au site "Revue 21" :

    Lancé en 2007 dans la photographie en autodidacte, je me suis passionné pour cette pratique. Un an après, la recherche d’une image "brute", directement tirée du réel, m’a permis de m’intéresser de plus près au domaine du reportage et du photojournalisme. La constante recherche d’une image issue du réel, sans modification ni mensonge, mais simplement en relatant les faits d’une situation particulière, m’a amené à me passionner pour le travail des reporters, et plus précisément des photographes de guerre, comme James Nachtwey. C’est avec cet état d’esprit que j’ai commencé mes premiers reportages. J’ai exploité des sujets qui me touchaient personnellement dans le but de présenter d’une manière simple et sobre la réalité d’une situation donnée, tout en mettant en avant la relation humaine.

        

    Médias

    Emmanuel Ferrario : l'aventure de Radio Maria (08/10/12)

    Ce message a été rédigé à partir d'un article qui est paru dans "L'Etoile Notre Dame" en mai 2012 :

    Radio Maria est née en 1983 dans le diocèse de Milan, en Italie. Elle a été créée par Emmanuel Ferrario, qui a été lui-même renouvelé dans sa foi à Medjugorje au milieu des années 80.

    Après seulement trois ans d'existence, toutes les régions d'Italie ont été couvertes et, en 1990, Radio Maria est devenue une radio de diffusion nationale.

    Dans les années 90, la station a commencé à s'étendre au niveau mondial. Aujourd'hui, elle est présente dans plus de 60 pays du monde.

    L'appel à la conversion est le dynamisme profond de Radio Maria, qui est actuellement le seul média catholique à parler ouvertement de Medjugorje (toujours dans la stricte obéissance à l'Eglise, bien sûr).

    La station est arrivée en France il y a plus de dix ans, dans les Alpes Maritimes. En 2011, les studios ont été déplacés à Six-Fours (dans le diocèse de Fréjus-Toulon), sous la houlette de Mgr Dominique Rey, avec comme directeur éditorial le Père Alexis Wiehe.
        
    Témoins

    Le Père Jozo Zovko : vivre Medjugorje là où nous sommes (18/03/12)

    Le Père Jozo Zovko aura 71 ans demain. Il est l'un des prêtres auxquels on pense quand on parle de Medjugorje. Aux yeux de beaucoup de gens, il est l'un de ceux qui "incarne" le mieux le sanctuaire.

    Et pourtant, plus les années ont passé, plus le Père Jozo a été éloigné géographiquement de Medjugorje.

    Comment se fait-il que, demeurant si loin de ce lieu, il nous semble si proche ? Sûrement parce qu'au cours des années, il a toujours essayé de vivre la spiritualité de la Gospa là où il était. En ce sens, on peut dire qu'il est à l'image du plus grand nombre de ceux qui aiment Medjugorje : c'est à dire quelqu'un qui ne réside pas dans le sanctuaire mais qui est appelé à "importer Medjugorje" là où il se trouve.

    Ces derniers mois, ses supérieurs lui ont demandé de ne plus parler publiquement des apparitions et de ne plus donner de conférences. Comme toujours, il a pris cela avec obéissance et avec amour. Ce nouvel éloignement (celui de la voix) ne le rend pourtant pas plus "distant". En effet, je trouve que ce silence le rend au contraire plus proche de ceux qui ne peuvent pas parler (les malades, les prisonniers, les exclus...) et qui n'ont que le sanctuaire de leur coeur pour vivre Medjugorje.

    Il y a quelque chose de très profond dans le parcours du Père Jozo, quelque chose qui nous interpelle tous au plus intime de nous-mêmes, quelque chose qui nous rappelle la vie de Jésus : une vie où la Croix "immobilise" de plus en plus, une vie de plus en plus dépouillée, une vie de plus en plus "cachée", une vie de plus en plus offerte, une vie qui nous enseigne que les choses essentielles sont invisibles pour les yeux et que c'est bien souvent dans le secret que la véritable grandeur des gens s'exprime et qu'elle nous parle le mieux de Dieu.

         

    Conférences

    Ana Shawl : l'organisatrice des conférences d'Ivan aux USA (05/10/11)

    Ana Shawl est l'organisatrice des conférences d'Ivan aux Etats-Unis. Elle est aussi membre du "IIPG Queen of Peace" (voir le message précédent) et, avec son mari Steve, elle est responsable du site Medjugorje.org.

    Son histoire est assez étonnante. Elle la raconte dans un petit portait qu'elle a posté sur le site du "IIPG Queen of Peace". En voici un petit résumé :  

    Ana a été mariée une première fois mais cette union a été un échec. Elle et son mari ont divorcé et elle a gardé ses enfants.

    Dans ses prières, elle a demandé à la Sainte Vierge si Elle souhaitait qu'elle reste célibataire toute sa vie ou bien qu'elle se remarie. Dans son cœur, Ana a senti que si c'était la volonté de la Vierge qu'elle se remarie, le premier mariage serait annulé (car elle avait été mariée religieusement, la première fois).

    Pour être sûre, elle a demandé deux signes à la Mère de Dieu : que son futur époux lui donne un chapelet et un crucifix. Elle saurait, alors, que c'est bien lui l'homme de sa vie.

    Elle a rencontré Steve Shawl via Internet (il était le webmaster d'un site consacré à Medjugorje). Petit à petit, un lien d'amitié très fort s'est tissé entre eux et ils ont senti qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Aux cours de deux rencontres, Steve lui a donné un chapelet et un crucifix. Alors, sentant que Dieu les voulait ensemble, ils ont tous les deux pleuré de joie.

    Le premier mariage d'Ana a été annulé et, très logiquement, elle et Steve ont pu se marier.
        
    ARCHIVES >> 

         

    Lien :

    Medjugorje dans le monde >>