• VIVRE LE JEÛNE : Sans le jeûne alimentaire, la vie n'a pas de sens

    Une rubrique entièrement consacrée au jeûne alimentaire.
        

        
    Jeûnons
    Pendant 9 jours >> 

       
          
    Témoignage
    SANS LE JEÛNE ALIMENTAIRE, LA VIE N'A PAS DE SENS (03/04/19)
    Il y a quelques semaines, j'ai eu une grosse grippe. Et comme j'étais malade, je n'ai pas jeûné de la semaine.
    A Medjugorje, en effet, la Sainte Vierge a dit que les malades n'étaient pas tenus de jeûner au pain et à l'eau.
       
    Cette semaine sans jeûner a été très triste et elle m'a permis de sentir d'une manière toute particulière à quel point la vie était vide sans le jeûne alimentaire.
    En effet, quand on ne jeûne pas, j'ai l'impression qu'on ne fait "qu'empiler" des choses les unes sur les autres. On empile des heures de travail, des rencontres, des coups de téléphone, des mails, des repas, des paroles, des pensées, des projets...
    Et cela est aussi vrai pour la vie spirituelle : on empile des prières, des réunions paroissiales, des lectures de livres chrétiens, des retraites, des pèlerinages, des formations, des engagements... On empile, on empile, on empile ! On ne fait qu'empiler !!
       
    Or, un être humain ne peut pas se construire intérieurement simplement en empilant des expériences (aussi importantes soient-elles) les unes sur les autres.
       
    Si, pour bâtir une maison, un maçon ne faisait qu'empiler des briques, en commençant à même le sol, alors la pile finirait par s'écrouler. Pour que la pile tienne et pour que la maison soit solide, il faut aussi défricher le terrain, débroussailler, creuser des fondations... bref, il faut ENLEVER des choses (et non pas seulement empiler). Cela est absolument fondamental.
       
    Dans la vie spirituelle, je pense que c'est pareil. Pour grandir intérieurement, il faut aussi savoir se vider (se vider notamment de ses péchés, de ses mauvaises habitudes, de ses défauts, de ses faiblesses...). Et le jeûne nous aide justement en cela. Il nous aide à avoir les solides fondations dont nous avons besoin pour que notre édifice spirituel tienne bien en place. Il nous permet aussi d'éviter d'avoir une vie qui soit simplement une accumulation d'expériences, ce qui pourrait très vite faire naître en nous un sentiment de saturation.
        
    Alors, écoutons bien la Sainte Vierge quand elle nous demande de jeûner. Si elle fait cela, c'est qu'il y a de très bonnes raisons. La Mère de Dieu n'insisterait pas autant sur le jeûne alimentaire s'il n'était pas essentiel.
        
    Réflexion
    LE RAPPORT ENTRE LE JEÛNE ALIMENTAIRE ET LA CONVERSION (30/03/19)
    En ce temps de Carême, on entend beaucoup de gens dire que le plus important est de jeûner de médisances (par exemple) et non pas de jeûner au pain et à l'eau.
    En fait, je pense que jeûner au pain et à l'eau est la condition essentielle pour parvenir à jeûner de médisances. Je m'explique :
    Il y a certains défauts qui sont tellement enracinés en nous (et celui qui consiste à critiquer les autres en fait partie) que la volonté ne suffit pas à les éradiquer.
    Par exemple, le jour du Mercredi des Cendres, il ne suffit pas qu'une personne se dise : "Pendant ce Carême, je vais jeûner de médisances" pour qu'effectivement elle parvienne à ne pas médire. Car le défaut est parfois tellement profond qu'il revient de lui-même sans que l'on puisse l'en empêcher.
    Pour parvenir à se débarrasser des défauts tenaces, il est donc nécessaire de jeûner au pain et à l'eau. En effet, quand nous parvenons à maîtriser notre Appétit pour la nourriture (j'ai écrit "Appétit" avec un "A" majuscule), alors il nous est plus facile de maîtriser tous ces "appétits pour le mal" (j'ai écrit "appétit" avec un "a" minuscule) que sont les péchés, les défauts, les travers, les addictions... Et ainsi, il y a de plus en plus de place pour Jésus à l'intérieur de nous.
    A Medjugorje, la Sainte Vierge nous a dit : "Chers enfants, aujourd'hui, à travers le jeûne et la prière, je vous invite à percer le chemin par lequel mon Fils entrera dans vos cœurs" (le 02/06/10).
        
    Citation
    JEÛNER DONNE DU POIDS... (23/05/18)
    Une très belle citation lue dans la dernière Newsletter de l'association "Live the Fast" ("Vivre le Jeûne"), fondée par Andy Lavallée : "Jeûner donne du poids à nos prières".
        
    Bible
    DIEU N'A AUTORISE A MANGER DE LA CHAIR ANIMALE QU'A PARTIR DU DELUGE (11/08/17)
    Voici un extrait d'un article qui est paru dans "Famille Chrétienne" en avril 2017 ( note : j'ai remplacé les citations qui étaient dans l'article original par des citations plus complètes que j'ai prises dans la Bible de Jérusalem) :
    Le Frère Maximilien-Marie, moine ermite au refuge Notre-Dame de la Compassion, rappelle que selon le récit biblique des origines, l'homme était végétarien : "Dieu dit: Je vous donne toutes les herbes portant semence, qui sont sur toute la surface de la terre, et tous les arbres qui ont des fruits portant semence : ce sera votre nourriture" (Gn 1, 29). Dieu n'autorise l'homme à consommer de la chair animale qu'à partir du Déluge : "Tout ce qui se meut et possède la vie vous servira de nourriture, je vous donne tout cela au même titre que la verdure des plantes" (Gn 9, 3).
        

    Réflexion
    L'HABITUDE DE ROMPRE LE JEÛNE A MINUIT (réflexions et témoignage personnel sur la faim psychique) (19/06/15)
    A découvrir ici >>
        
    Astuce
    COMMENT FAIRE DU PAIN FRAIS AVEC DU PAIN RASSIS (19/04/15)
    Une vidéo de 80 secondes pour apprendre à faire du pain frais avec du pain rassis (ma chère maman m'a confirmé que cette méthode marchait parfaitement car elle l'utilisait elle-même quand elle était jeune et qu'elle aidait sa propre mère à faire la cuisine).
    A découvrir ici >>
        
     
    Orthodoxie
    LES ORTHODOXES JEÛNENT LES MERCREDIS ET LES VENDREDIS (28/08/14)
    Voici un article qui est paru dans "Pèlerin Magazine" le 28 août 2014 >>
        
     
    Vie des Saints
    LE JEÛNE ALIMENTAIRE CHEZ LES BIENHEUREUX LOUIS ET ZELIE MARTIN (20/07/14)
    Dans le livre d'Hélène Mongin : "Louis et Zélie Martin, les saints de l'ordinaire" (qui est consacré aux parents de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus), il y a un passage très intéressant sur la place du jeûne alimentaire dans la famille Martin :
    Ils observent scrupuleusement tous les jeûnes prescrits par l'Eglise en y ajoutant une note propre d'absolu : ils ne prennent rien jusqu'à midi et le soir ne s'autorisent qu'une légère collation; sauf, bien sûr, quand Zélie est enceinte.
    A la personne qui s'invite à l'improviste, un bon dîner sera servi qu'elle prendra toute seule !
    Ce jeûne ne leur est pas plus facile qu'à d'autres; Zélie le reconnaît simplement : "Nous sommes en plein temps de pénitence. Heureusement que ce sera bientôt fini, je souffre tellement du jeûne et de l'abstinence ! Ce n'est pourtant pas une mortification bien rude, mais je suis si fatiguée de l'estomac et surtout si lâche, que je ne voudrais point en faire du tout, si j'écoutais ma nature".

        
    Revue de presse
    LES FRANCAIS ET LE PAIN (17/05/14)
    Voici un extrait d'un article sur le pain qui est paru dans Pèlerin Magazine le 15 mai 2014 :
    Avec une dizaine de milliards de baguettes consommées chaque année en France (soit 80% du pain vendu), on pourrait penser que ce symbole de notre gastronomie se porte bien. Mais la démesure du chiffre masque un très net déclin. "De 850 grammes par jour et par personne en 1880, on est passé à 650 grammes au début du XXème siècle, puis à 450 grammes juste après la seconde guerre mondiale pour aboutir à 120 grammes ces dernières années", précise l'historien Steven Kaplan.
    Des chiffres à corréler avec le nombre de boulangeries : 55 000 en 1970, 32 000 aujourd'hui. Une désaffection qui, selon lui, n'est pas seulement imputable à l'évolution des modes de vie et d'alimentation. "D'autres facteurs ont joué. D'abord l'anathème jeté par une partie du monde médical accusant le pain de tous les maux : de faire grossir, d'être cancérigène, source de tuberculose, de maladies coronariennes... Ensuite, une perte de qualité liée à l'industrialisation de sa fabrication mais aussi du passage du levain à la levure qui a abouti à produire un pain blanc médiocre, insipide et la plupart du temps insuffisamment cuit !"
    Il faudra attendre les années 1990 pour voir la boulangerie française redresser la tête. Deux décrets, pris en 1993 et 1995, instaurent alors un "pain de tradition française" et définissent la profession de boulanger.

    Note : l'article de Pèlerin dit également que les plus gros consommateurs de pain au monde sont les algériens avec 12 milliards de baguettes par an (soit plus de 40 millions par jour).
        
    Guérison
    L'IMPACT DU JEÛNE ALIMENTAIRE SUR LES MALADIES MENTALES OU PSYCHIQUES (12/04/14)
    Voici un extrait d'une lettre qui a été publiée par "Santé Nature Innovation" et qui concerne les rapports entre le jeûne alimentaire et la guérison (cette lettre est parue également dans la revue "Etoile Notre Dame" du mois d'avril 2014) :
    Le sujet intéresse aujourd'hui des scientifiques, et même si les financements sont inexistants (il n'y a rien à vendre), les résultats sont tangibles, facilement reproductibles, et à la portée de chaque malade.
    Le jeûne est en effet adapté à l'ensemble des pathologies du "trop" qui délabrent nos organismes : allergies, rhumatismes, maladies auto-immunes, hypertension, diabète, cancers, dégénérescence cérébrale...

    Toutes ces maladies ont un lien direct avec l'alimentation ou l'exposition à des produits chimiques. Il faut avoir conscience de cette intoxication délétère pour accepter de se soigner par le vide, sans écouter les sirènes médicales qui se réfèrent encore à l'obligation vitale d'une alimentation pluriquotidienne, riche en céréales et en produits laitiers (...).
    Il en est de même des angoissés et des personnes atteintes de TOC (troubles obsessionnels compulsifs) ou d'enfermement psychique. Gavés de neuroleptiques et vivants dans une bulle, quelques semaines de jeûne leur permettent de revenir à des rapports sociaux normaux. Les taux de neuromédiateurs (adrénaline, acétylcholine) se normalisent, ainsi que les rythmes cérébraux.
     
           

    ARCHIVES : 1

        

    Liens :
    La catégorie "Jeûne"
    >>
    Jeûner, c'est s'envoler (témoignage sur les neuvaines de jeûnes au pain et à l'eau) >>